Année de transition pour le tourisme à Saint-Élie-de-Caxton

Année de transition pour le tourisme à Saint-Élie-de-Caxton
Geneviève Bédard, coordonnatrice du tourisme, des loisirs et de la culture, Robert Matteau, marguillier, Simon Allaire, député de Maskinongé et Robert Gauthier, maire de Saint-Élie-de-Caxton. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

CULTURE. C’est sous le signe de l’optimisme et de la diversité que la Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton a procédé au lancement de sa 13e saison touristique, mardi matin.

En proposant une nouvelle expérience touristique, Saint-Élie-de-Caxton espère faire partie des destinations visitées par les gens qui choisiront de prendre leurs vacances au Québec cet été.

Marquée par la pandémie de la COVID-19, la saison touristique 2020 a évidemment demandé certains ajustements. La Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton a mis en place toutes les dispositions requises afin d’accueillir les touristes qui s’y rendront pour découvrir toutes les particularités et richesses de ce territoire. «On lance habituellement notre saison touristique au début du mois de juin. On a un mois de retard sur la saison qui dure généralement trois mois et demi par année. C’est majeur comme impact. Notre saison est écourtée. C’est une année d’adaptation et de transition pour nous à Saint-Élie. Ce n’est pas seulement dû à la COVID-19, mais aussi à un autre phénomène particulier. On a un nouveau produit touristique à offrir», lance d’abord Robert Gauthier, maire de Saint-Élie-de-Caxton.

Offre touristique estivale

Dès le 18 juillet prochain, le Bureau d’accueil touristique, maintenant situé au Garage de la culture, offrira au public un parcours historique à faire à pied avec un audioguide ou à bord d’une carriole. Élaboré par la firme trifluvienne Personare, ce circuit historique permettra d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de Saint-Élie-de-Caxton à travers les faits relatés par l’historien du village, Gaétan Thériault et les témoignages d’Angèle Lachance, Michel Legris, Jean-Louis Beaudoin et Michel Brodeur. «On se trouve un peu audacieux d’offrir un nouveau produit dans un contexte aussi incertain, mais compte tenu que ça fait trois ans qu’on y travaille, on va de l’avant avec ça. Ça s’inscrit dans un processus. Je pense que c’est quelque chose de très intéressant. On va voir l’accueil et l’appréciation des gens dans les prochaines semaines. On espère qu’ils vont apprécier», partage Robert Gauthier.

La convergence de trois décisions, dont deux prises par l’ancien conseil municipal, a amené la municipalité à se tourner vers cette nouvelle activité. «L’étude commandée par l’ancien conseil sur le tourisme à Saint-Élie a permis de faire des constats et a donné lieu à des recommandations. On devait diversifier notre produit touristique et certaines pistes avaient été identifiées,  dont celle-là. Ensuite, notre municipalité a signé une Entente de développement culturel avec le ministère de la Culture et des Communications. Dans le plan d’action issu de cette entente, il y avait un élément important qui s’appelait un parcours historique. L’idée était déjà là et ça s’inscrivait dans les orientations de l’étude sur le tourisme. Puis, on profite d’un projet-pilote unique au Québec qui nous permet de pouvoir opérer nos carrioles jusqu’en 2021 avec certaines balises. Cette décision de se battre pour les garder nous permet aujourd’hui de faire découvrir notre village sous un nouvel angle», informe le maire.

À cette nouveauté, s’ajoute le Sentier botanique qui a pour objectif premier l’éducation horticole. Outre les sentiers et le grand assortiment de végétaux, une fontaine de dons, deux bassins de jets d’eau, une pergola, une aire de pique-nique et des jeux pour enfants y sont aménagés.

Les visiteurs auront toujours l’opportunité de se rendre à l’Arbre à paparmanes, la Traverse de lutins ou apprécier les œuvres du sculpteur Claude Desrosiers.

Pour sa part, la Fabrique de Saint-Élie-de-Caxton poursuit son association avec la municipalité et offre, comme par les années passées, l’accès à l’Église, au Calvaire ainsi qu’à la Boutique des Pèlerins. Ces lieux sont cités au Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Finalement, les traditionnels jeudis 5 à 7 au Garage de la culture débutent cette semaine. Des groupes musicaux de la région monteront sur la scène pour divertir le public. Naturellement, les mesures d’hygiène de la santé publique devront être appliquées et un maximum de 50 personnes seront admises lors de ces spectacles hebdomadaires.

Nouvelle image

L’année 2020 est non seulement marquée par une saison touristique différente, mais également par une transition sur le plan des projets touristiques et culturels à Saint-Élie-de-Caxton. En attendant la première pelletée de terre de son futur Parc nature et culture, la municipalité s’est dotée d’une nouvelle image de manière à mieux se repositionner et à mettre en valeur sa réelle identité. «Saint-Élie-de-Caxton, terroir de nature et de culture évoque la richesse du territoire par ses paysages forestiers denses et la qualité des artistes et artisans qui tissent ensemble la fibre identitaire de notre communauté», raconte Geneviève Bédard, coordonnatrice du tourisme, des loisirs et de la culture à Saint-Élie-de-Caxton.

Programmation Jeudis 5 à 7

Jeudi 16 juillet 2020 – Mingmen Elora (Musique du cœur)

Jeudi 23 juillet 2020 – Mike de Bird (Rock acoustique, folk, blues, années 80)

Jeudi 30 juillet 2020 – Jean Brouillard et Luc Riopel (Chanson québécoise)

Jeudi 6 août 2020 – Doris Samson, Léon Garceau et Régis Simard (mix)

Jeudi 13 août 2020 – Les Couzins (Country)

Jeudi 20 août 2020 – Julie Hamelin (Jazz)

Jeudi 27 août 2020 – Tri-Tons (Mix)

Jeudi 3 septembre 2020 – Buck et Kaby (Chanson française)

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires