Travailler à la chaleur, c’est risqué

Photo de Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Travailler à la chaleur, c’est risqué

PRÉVENTION. Au cours de la période estivale, en particulier lors d’une vague de chaleur, les travailleurs devront effectuer leurs tâches à des températures élevées. La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) rappelle que le travail physique à la chaleur, en l’absence de moyens de prévention, peut être dangereux, voire mortel.

Les principaux dangers pour la santé sont la déshydratation et le coup de chaleur qui peuvent notamment entraîner des étourdissements, une perte d’équilibre, une perte de conscience, voire même le décès du travailleur. En moyenne, depuis 5 ans, 24 travailleurs sont victimes d’un malaise résultant du travail à la chaleur chaque année.

Pour prévenir les effets de la chaleur, une planification adéquate des activités est essentielle. Selon la CNESST, bien avant l’arrivée d’une vague de chaleur, les employeurs devraient procéder à une évaluation des risques de contraintes thermiques auxquels sont exposés leurs travailleurs et se doter d’un plan d’action pour les protéger. Ce dernier doit notamment prévoir des contrôles techniques (abris, roulotte climatisée, approvisionnement en eau, etc.), des mesures administratives (alternance travail-repos, diminution de la cadence, etc.), de la formation et de l’information, ainsi que des vêtements et des équipements adaptés au travail à la chaleur.

Lors des premières journées de chaleur intense, les travailleurs sont plus à risque d’être victimes d’un coup de chaleur, car ils ne sont pas acclimatés. Cette acclimatation se perd après quelques journées plus froides. Dans une telle situation, la CNESST rappelle qu’il  est important de redoubler de prudence et de mettre en place des mesures de prévention supplémentaires. Ces mesures se doivent d’avoir été établies avant l’arrivée du temps chaud.

L’employeur doit mettre en application certains moyens de prévention:

  • Confier aux travailleurs un travail plus léger au besoin et remettre à plus tard ou à une période plus fraîche de la journée les tâches physiques non essentielles;
  • Informer tous les travailleurs et les superviseurs – actuels, nouveaux, temporaires et étudiants – sur les risques, les moyens de prévention, les signes, les symptômes, et les premiers secours;
  • Assurer une surveillance des symptômes chez les travailleurs;
  • Fournir aux travailleurs de l’eau fraîche en quantité suffisante et s’assurer qu’ils y ont accès et qu’ils en boivent [prévoir au moins un verre toutes les 20 minutes ou plus, selon les recommandations de l’utilitaire « Température de l’air corrigée » (TAC)];
  • Accorder des pauses aux travailleurs toutes les heures et assurez-vous qu’ils prennent ces pauses dans des endroits frais, climatisés ou à l’ombre;
  • Ajuster le rythme de travail en fonction de la température;
  • Augmenter la durée des pauses à mesure que la chaleur augmente.

Plus d’info à cnesst.gouv.qc.ca/chaleur.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des