Paniers de Noël: les Dames charitables et le CAB s’adaptent

Paniers de Noël: les Dames charitables et le CAB s’adaptent
Claire Larouche, présidente de l'organisme les Dames charitables et Josée Doyon, directrice générale du Centre d'action bénévole de la MRC de Maskinongé. (Photo : Pier-Olivier Gagnon)

COMMUNAUTÉ. À l’approche du temps des Fêtes, l’Association des Dames charitables et le Centre d’action bénévole (CAB) de la MRC de Maskinongé sont à l’œuvre pour préparer la campagne des paniers de Noël.

Dans le contexte actuel, avec la pandémie de COVID-19, ces organismes ne peuvent toutefois effectuer la distribution des paniers comme à l’habitude. Ainsi, ils ont revu leurs façons de faire pour maintenir le service d’aide alimentaire destiné aux personnes démunies de Louiseville.

«Il y aura toujours le service, mais on s’organise autrement. Les gens n’auront pas à se déplacer pour s’inscrire. Nos bénévoles ont déjà appelé tous ceux et toutes celles qui ont reçu un panier l’an dernier pour savoir si ces gens-là ont encore un besoin. De plus, comme nous avons à cœur de supporter les gens démunis, les paniers seront exceptionnellement transformés en bons d’achat d’épicerie chez Métro et IGA cette année», révèle Claire Larouche, présidente des Dames charitables.

Les personnes qui souhaitent formuler une demande d’aide et qui n’ont pas profité du service l’année dernière pourront aussi s’inscrire, selon certains critères. Elles devront téléphoner au Centre d’action bénévole de la MRC de Maskinongé au 819-721-0124, du 2 au 5 novembre ou du 9 au 12 novembre entre 13h30 et 15h30. À noter qu’une seule demande sera acceptée par adresse.

Petit geste, grande différence

Les Dames charitables s’occupent d’aider près de 200 familles de Louiseville chaque année en leur fournissant des paniers de denrées alimentaires périssables et non périssables la semaine avant Noël.

L’organisme anticipe une hausse des demandes pour la présente campagne, mais assure que l’équipe de bénévoles tentera de répondre aux besoins du milieu, et ce, dans un souci d’équité. «Tout le monde a été un peu affecté par la pandémie, mais il y a vraiment des familles qui sont plus en difficulté que d’autres. Il faut être conscient que cette aide-là est réservée uniquement aux gens qui en ont réellement besoin. On fait appel au bon jugement des gens. C’est une petite douceur qu’on donne une fois dans l’année», fait valoir Josée Doyon, directrice générale du CAB.

D’ailleurs, les Dames charitables sont privées d’importantes sources d’approvisionnement de denrées et de revenus cette année. L’organisme de charité ne compte pratiquement que sur les recettes du Vestiaire St-Antoine-de-Padoue, situé au sous-sol de l’église de Louiseville, pour financer ses «paniers de Noël».

«Habituellement, quand les gens s’inscrivaient, il y avait un dépôt de 7$ pour recevoir un panier. Nous avions des dons de denrées provenant de producteurs et d’entreprises de la région. On avait aussi les denrées et l’argent amassés lors de la guignolée des médias pour nous aider. On ne peut malheureusement pas compter là-dessus cette année», informe Claire Larouche.

La présidente espère un retour à la normale du service dès l’an prochain. «Même si c’est plus facile pour nous de fonctionner avec des bons d’épicerie, on veut quand même poursuivre la tradition des paniers de Noël et c’est un peu pourquoi on ne change pas le nom. On ne peut pas priver une population de faire son partage dans le temps des Fêtes. Souvent, les gens allaient faire l’épicerie et ils nous apportaient des denrées. Ils veulent vraiment nourrir les gens. C’est à ça que ça sert les paniers de Noël. C’est beaucoup de recevoir un panier, mais c’est aussi l’occasion pour la population de démontrer sa grande générosité. On veut que ça reste, car ça a une grande valeur», explique-t-elle.

Lancement d’un concours
La COVID-19 entraîne également l’annulation de la Guignolée des médias en décembre. Pour combler les pertes associées à cet événement, un concours sera lancé dans les épiceries Métro et IGA de Louiseville.

Les clients de ces marchés seront invités à se procurer, au cours de la première semaine du mois de décembre, des billets de tirage aux caisses au coût de 5$. En échange, les participants courent la chance de remporter un prix de 500$ d’épicerie dans chacun des deux marchés participants. «En plus d’avoir la chance de gagner l’un des deux prix, les gens contribueront d’une autre façon aux paniers de Noël», conclut Mme Larouche.

 

Inscription aux paniers de Noël
Du 2 au 5 novembre et du 9 au 12 novembre

De 13h30 et 15h30

Par téléphone seulement

819-721-0124

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires