Vaches en cavale : l’UPA invite à la patience

Vaches en cavale : l’UPA invite à la patience
L'histoire des vaches en cavale à Saint-Sévère a fait le tour du monde dans les derniers jours. (Photo : Archives L'Écho)

AGRICULTURE.  Près de trois semaines après avoir pris connaissance de l’existence d’un troupeau laitier en fuite dans la municipalité de Saint-Sévère, l’UPA Mauricie et les partenaires impliqués dans les opérations de capture ont fait des progrès significatifs.

Dans les derniers jours, différents points d’alimentation ont été installés à des endroits stratégiques à proximité du troupeau, tout comme certains outils de surveillance qui permettent de constater avec succès l’introduction des nouvelles habitudes des animaux. Graduellement, clôtures et autres appareils permettant leur rapatriement sont actuellement déployés sur le terrain, laissant le temps aux vaches d’apprivoiser chaque jour le nouvel équipement. Ce déploiement est réévalué de jour en jour, en mesurant la réaction du troupeau à ces changements progressifs.

Une fois l’équipement installé, l’équipe sur le terrain aura la tâche de procéder à la capture des bovins en liberté, ce qui devrait minimalement prendre encore plusieurs jours. » Nous n’avons pas avantage à brusquer les choses, résume Martin Marcouiller, président de la Fédération de l’UPA de la Mauricie.  Nous nous assurons continuellement de la sécurité du public dans l’opération et de la santé du troupeau laitier. «

Des producteurs bénévoles du secteur assurent une présence régulière et coordonnée sur le terrain. Ils sont accompagnés d’experts en production bovine qui évaluent le déroulement de l’opération. La municipalité de Saint-Sévère, la MRC de Maskinongé et le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation offrent une expertise et un support logistique important.

Dès leur capture, les animaux seront retournés à leurs propriétaires. Ils sont d’ailleurs en contact avec des spécialistes en production animale qui se sont assurées de leur confort à leur retour.

Un appel entendu

Rappelons que l’UPA Mauricie avait lancé un appel le 4 décembre demandant aux personnes qui ne sont pas impliquées dans l’opération de ne pas fréquenter les champs de Saint-Sévère, pour éviter de mettre de la pression sur le troupeau et ainsi faire reculer l’opération.   » L’organisation tient à remercier la collaboration de tous, puisqu’aucun incident n’a été rapporté depuis « , rapporte M. Marcouiller.

L’UPA Mauricie avait dénoncé également l’introduction d’un journaliste dans les bâtiments du propriétaire des bêtes. Non seulement cette action va à l’encontre de la propriété privée, mais est également une importante violation des principes de biosécurité à la ferme. Rappelons qu’il est interdit d’entrer dans un bâtiment agricole sans l’autorisation du propriétaire, et l’engagement de l’invité à respecter les normes sanitaires en vigueur. Ces actions mettent en péril la santé même des animaux rappelle l’UPA. (B.L.)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires