Une piscine publique intérieure bientôt accessible?

Par superadmin
Une piscine publique intérieure bientôt accessible?
Alexandre Morin

SAINTE-URSULE. Alexandre Morin a étudié en science politique et a évolué dans le domaine de la restauration. Aujourd’hui, il est résident de Sainte-Ursule et travaille presque à temps plein sur un projet qui lui tient très à cœur. Il se bat depuis septembre dernier pour la construction d’une piscine intérieure semi-olympique, et ce, pour l’ensemble de la population de la MRC de Maskinongé.

C’est un long combat qu’il mène actuellement seul, mais qui pourrait être remporté si les acteurs du milieu s’intéressent à ce projet. Même s’il est difficile d’estimer le coût de ce projet, il pourrait frôler les 10 M$.

Pour réaliser ce projet d’envergure, Alexandre a créé un organisme sans but lucratif, Initiative Développement Régional (IDR), qui a pour but d’offrir une alternative au modèle entrepreneurial traditionnel en misant sur la concertation, la coopération et la cohésion des acteurs locaux afin d’optimiser les ressources disponibles dans le milieu.

«J’ai décidé de créer mon OSBL pour qu’on construise enfin une piscine. Pourquoi les gens du milieu ne peuvent pas s’impliquer et prendre le lead ? Nous avons le bassin de population nécessaire et c’est une infrastructure sportive manquante qui comporte de nombreux avantages pour la santé de la population du territoire. Les écoles, les personnes âgées et les familles pourraient bénéficier de cette piscine qui permettrait de nous distinguer par sa construction, faire parler de notre coin et sûrement amener de nouvelles familles sur notre territoire», raconte l’instigateur du projet.

Il fait valoir que la région veut attirer de nouvelles familles et de nouvelles entreprises, et qu’avec cet attrait supplémentaire, elle aurait sans aucun doute une corde de plus à son arc.

Un projet rassembleur

On se rappelle que le sujet de piscine avait été une promesse électorale pour plusieurs candidats lors des élections municipales à Louiseville. Or, Alexandre Morin compte faire de ce projet un projet de MRC afin que l’ensemble du territoire puisse l’utiliser.

«Chacune des municipalités devra y contribuer au prorata de leur population et il faut mettre de côté les guerres de clochers. Je connais la guerre autour de l’aréna de Louiseville et ce n’est pas ce que je veux autour de ce projet. Je veux faire un projet rassembleur. Tout le monde devra contribuer de façon équitable et bénéficiera des retombées par la suite», indique M. Morin, qui prévoit réaliser ce projet, mais en céder par la suite la gestion à la MRC de Maskinongé qui, selon lui, a la meilleure structure pour ce faire.

Financement

Par ailleurs, afin que son projet puisse voir le jour, monsieur Morin envisage de solliciter l’aide du gouvernement du Québec dans le cadre de divers programmes, les institutions financières de la région, les municipalités, les organismes locaux et les entreprises privées.

Ses prochaines étapes consisteront à planifier des rencontres avec les intervenants et les élus locaux de façon à leur présenter le projet dans son ensemble de même que les démarches qui sont déjà amorcées.

Un projet en lien avec le développement durable

Le fondateur d’ Initiative Développement Régional croit que son projet de piscine intérieure régionale doit cadrer dans le développement durable.

Alexandre Morin indique que la façade sud devra être bien exposée au soleil puisqu’on prévoit y installer des panneaux solaires. Ceux-ci serviront à assurer un équilibre pour la température de l’eau et de l’air dans le but d’assurer le confort des baigneurs.

M. Morin compte interpeller les finissants en génie civil pour réaliser les plans de sa piscine (réduction des coûts en faisant les plans comme projet de fin de session ou d’année scolaire) et utiliser de la main-d’œuvre locale pour faire la construction de cette infrastructure.

«Ce type d’infrastructure demande une quantité phénoménale d’énergie. Je veux avoir un bâtiment qui aura un faible coût de consommation d’électricité. Il faut penser aux différentes avenues en matière de développement durable et prendre cette tangente. Je veux concevoir ce projet de façon à obtenir une certification LEED platine», souhaite le promoteur.

Il précise que des contraintes importantes existent quant au choix du site. «Le sol doit être adapté pour recevoir ce type d’infrastructure. Il faut donc un sol non argileux», précise-t-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires