Une machine distributrice… de lait

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Une machine distributrice… de lait
Le concepteur du Proxifrigo Guillaume Béland en compagnie de Séléna Baril, propriétaire du IGA Extra Famille Baril (Photo : courtoisie)

AGROALIMENTAIRE. Après quelques mois de développement et d’expérimentation, la première machine distributrice des produits Laitierie Lampron est maintenant en fonction chez IGA Extra Famille Baril à Shawinigan.    

Depuis septembre 2019, les bouteilles en verre consignées de la ferme laitière de Saint-Boniface sont disponibles dans une cinquantaine de points de vente au Québec, mais l’intention de la famille Lampron a toujours été d’offrir son lait biologique via une machine distributrice comme il en existe pour les boissons gazeuses.

Développé par Guillaume Béland, le Proxifrigo pousse évidemment beaucoup plus loin le concept. Celui-ci consiste à l’achat de bouteilles de lait via une application (Laiterie Lampron) et un système de machines distributrices en guise de points de cueillette.

L’application permet aux gens d’acheter un abonnement mensuel de la Laiterie Lampron (12 ou 4 bouteilles de 1 litre de lait 4% homogénéisé) et d’épargner 10% sur le prix de vente. Il est aussi possible d’acheter les bouteilles à l’unité au coût d 4,49$.  Pour l’instant, le lait au chocolat n’est pas disponible dans le Proxifrigo mais il le sera éventuellement. Par la suite, il suffit de se rendre à la machine distributrice et de balayer le code QR affiché à l’écran avec son application pour recevoir sa bouteille.

Pour le retour des contenants vides, il sera possible d’utiliser le système de retour de consigne situé sur le côté de la machine et qui peut contenir 108 bouteilles. Pour l’instant, l’application n’est disponible que sur IOS (iPhone), mais elle le sera plus tard sur Android.

 Meilleure gestion des inventaires

«Le gros avantage du Proxifrigo, c’est que ça permet à la Ferme Y. Lampron et fils de mieux gérer son inventaire. Présentement, c’est très difficile de prévoir la production, les stocks, la livraison. Le lait qui ne se vend pas, elle doit le reprendre tandis qu’avec l’application, elle sait exactement le nombre de bouteilles dont elle a besoin de produire», explique Guillaume Béland.

Celui-ci entrevoit une multitude de possibilités avec sa machine distributrice 2.0 qui pourrait être installée dans des résidences pour personnes âgées, des hôpitaux et même dans le métro. «Présentement, c’est du lait bio mais on pourrait faire ça avec des œufs, du pain, du beurre, de la bière. Ce sont tous des produits qui ont de la vélocité dans les épiceries, c’est-à-dire qui sorte le plus. Nous par contre, on pense que ça doit être des produits avec une plus valu comme le lait biologique présentement.»

Guillaume Béland a déjà approché des dirigeants de complexes immobiliers pour aînés qui se sont montrés intéressés, mais qui veulent avoir des preuves que ça fonctionne. «On a une entente de six mois avec Séléna Baril qui a tout de suite accepté de faire une place dans son IGA à notre machine distributrice.»

Le concepteur du Proxifrigo souhaite maintenant que le maximum de gens télécharge l’application Laiterie Lampron. «Plus il y en aura qui l’utiliseront, plus nous pourrons la raffiner. Présentement, c’est 12 ou 4 bouteilles pour un abonnement, mais si on est ouvert à élargir l’offre si c’est ce que le consommateur veut», termine-t-il.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des