Un Yamachichois sonorisateur pour de nombreux artistes québécois

Par Audrey Leblanc
Un Yamachichois sonorisateur pour de nombreux artistes québécois
Le Yamachichois Steve Branchaud s'occupe de la sonorisation et direction technique pour plusieurs artistes québécois. (Photo : (Photo - Audrey Leblanc))

YAMACHICHE. Depuis près de 25 ans, le Yamachichois Steve Branchaud s’occupe de la sonorisation et de la direction technique pour plusieurs artistes québécois. Il accompagne notamment Fred Pellerin depuis le début de sa carrière solo. 

Son expérience accumulée au fil des ans lui a permis de travailler, entre autres, avec Yves Lambert, qui a été chanteur dans La Bottine Souriante. Depuis un an, il fait la sonorisation des spectacles de Sylvain Cossette. Il a également signé un contrat cette année dans le cadre de la tournée de Star Académie, pour une période de trois mois.

M. Branchaud fait parfois même des spectacles réunissant sur scène plusieurs artistes ainsi que des festivals. C’est le cas notamment du FestiVoix de Trois-Rivières, avec qui il collabore depuis plusieurs années. 

Et à travers tout ça, entre les contrats et les tournées, il a aussi été directeur technique à Culture Shawinigan, de 2014 jusqu’à tout récemment. « J’ai laissé mon poste il n’y a pas très longtemps parce que j’ai décidé de refaire uniquement de la tournée », explique-t-il. 

Natif de Maskinongé, M. Branchaud vient d’une famille de musiciens. D’ailleurs, Les Cousins Branchaud, qui font de la musique traditionnelle, ce sont les cousins de son père.

« Dans la famille, autant du bord de mon père que de ma mère, ça jouait de la musique, raconte-t-il. Vers l’âge de 10 ans, j’ai commencé à en faire moi aussi. J’ai suivi des cours de guitare. Ça m’a amené à jouer de la musique dans les événements, les bars et les mariages comme emploi étudiant. »

« Je jouais dans un groupe et les gens venaient nous voir pour nous dire que ça sonnait bien, renchérit-il. Je leur disais que c’était moi qui faisais le son pour le groupe. Un moment donné, des musiciens m’ont demandé de venir faire la sonorisation pour leur spectacle. Ç’a commencé de même. Je devais avoir peut-être 17 ans quand j’ai commencé à toucher à la technique. »

Après ses études en musique au Cégep de Trois-Rivières, il a complété une attestation d’études collégiales en sonorisation, à Drummondville. « Mon beau-père, Normand Bellemare, avait un commerce et une école de musique. On a investi un moment donné dans la sonorisation et j’ai récupérais les équipements pour aller faire des contrats ici et là », se souvient-il.

« Dans le temps, il y avait le café-spectacle La Pierre Angulaire à Saint-Élie-de-Caxton, ajoute M. Branchaud. Un moment donné, je me suis retrouvé à faire de la sonorisation là. C’est à cet endroit que j’ai rencontré le groupe Les Tireux d’Roches dans lequel faisait partie Fred Pellerin. Ça fait près de 25 ans que je fais ça et je suis avec Fred depuis pratiquement les débuts. Quand il a commencé sa carrière solo quelque temps après, je travaillais avec lui. On a commencé à faire de la tournée ensemble vers 2001. »

Un quart de siècle à parcourir le Québec

Depuis le temps qu’il parcourt la province, il connait le Québec comme le fond de sa poche. « J’en ai tellement fait, lance-t-il. Je connais les lieux, les salles de spectacle. Je sais à quelle heure il faut partir pour arriver à temps à la salle à Sept-Îles. Je connais par coeur les beaux hôtels et les bons restaurants. J’ai parcouru principalement le Québec, mais j’ai aussi fait facilement 10 ans en Europe avec Fred. On a fait l’Europe francophone, dont la Belgique, la Suisse et la France. On a fait aussi des tournées dans le Canada francophone. » 

Son travail de sonorisateur l’a souvent amené à faire de la direction technique et de la direction de tournée. « Ça dépend des artistes. Il y a des boîtes qui ont déjà des directeurs de tournée et déjà des directeurs techniques. La direction technique, c’est tout ce qui est en lien avec la préparation du spectacle dans le lieu. La direction de tournée, c’est en lien avec où on dort, où on mange, à quelle heure on part, etc. Sur des tournées où il y a moins de monde, comme avec Fred, j’ai fait ça. Avec Fred, depuis le début, je fais directeur technique, directeur de tournée et sonorisateur », précise M. Branchaud.

Encore passionné

Une journée de tournée dans la vie d’un sonorisateur, c’est habituellement de 12 à 16 heures de travail. « Pour un spectacle à 20h, on doit arriver à la salle de spectacle vers 13h pour installer le matériel et faire tous les tests. Puis, il y a le spectacle et le démontage après. Il y a des années, on peut faire plus de 100 soirs d’hôtel », indique Steve Branchaud.

Même après tout ce temps, la passion est encore au rendez-vous. « Ce qui fait que j’aime encore ça autant? C’est agréable. Tout simplement. On a un but bien précis : à 20h, il faut que le spectacle commence. Il faut que ça marche. Il y a un certain défi d’être prêt et de présenter le spectacle. Et aussi, on contribue à du bonheur. Les gens, quand ils viennent voir un spectacle, c’est un moment qu’ils attendent depuis longtemps. Participer à cette réussite, c’est quelque chose », confie-t-il.

Une coop de techniciens

Par ailleurs, le Yamachichois fait partie des instigateurs qui ont fondé, il y a quelques années, une coopérative de techniciens en Mauricie. Celle-ci est née dans le but de résoudre un problème de main-d’oeuvre.

« On a réuni Culture Shawinigan, Culture Trois-Rivières, l’Amphithéâtre de Trois-Rivières et une compagnie privée qui fournit les équipements pour plusieurs événements. On a travaillé fort pour bâtir ça. Quand on a un événement, on se réfère à la coop, qui répartit ensuite les travailleurs selon les besoins », mentionne M. Branchaud. 

L’initiative va peut-être même faire des petits prochainement. Des organisations dans d’autres régions ont approché les membres de la coopérative pour mieux comprendre son fonctionnement et s’en inspirer.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires