Silence inquiétant du gouvernement suite à la fermeture de la MFR

Par superadmin
Silence inquiétant du gouvernement suite à la fermeture de la MFR

Le conseiller représentant de Québec solidaire, dans la circonscription de Maskinongé, Pierre Foisy, qui est également professeur retraité de l’enseignement collégial au secteur professionnel dans la technique de graphisme et d’édition électronique, trouve inquiétant le silence du gouvernement Marois suite à l’annonce de la fermeture de la Maison familiale rurale (MFR) de St-Alexis-des-Monts.

En effet, ni la ministre de l’Éducation, ni le ministre responsable de la région, ne se sont prononcés à ce jour sur cette fermeture dramatique non seulement pour les jeunes qui y étudient, mais aussi pour l’économie régionale que manque de main-d’œuvre dans certains domaines.

Selon Pierre Foisy: «Ce silence est d’autant plus troublant que le PQ en campagne électorale s’était engagé à encourager fortement la mobilisation de tous les secteurs de la société dans la lutte au décrochage scolaire.  Est-ce un autre engagement du PQ que le gouvernement Marois a oublié?  De plus, en campagne électorale en août dernier le candidat péquiste dans Maskinongé s’était engagé à aider et soutenir la MFR, si le PQ était porté au pouvoir. Qu’ont fait les élus de la région, péquistes et libéraux, pour soutenir les efforts des Commissions scolaires pour qu’elles mettent en place un plan de promotion approprié afin d’accroître le nombre des inscriptions à la MFR? Et que disent les caquistes sur le sujet? Ainsi, sous le prétexte de la saine gestion, on prépare aussi la dévitalisation des petites municipalités.»

«Réussir autrement, tel était le mot d’ordre de la Maison familiale rurale (MFR), située à Saint-Alexis-des-Monts, mais couvrant une clientèle de toute la région de la Mauricie et même de l’extérieur.  Celle-ci accueillait annuellement plus d’une trentaine de jeunes qui présentent un fort potentiel de décrochage scolaire.  Grâce à un système d’alternance entre les études et les stages, plusieurs d’entre eux ont réussi à obtenir un diplôme d’études professionnelles dans des domaines souvent en pénurie de main-d’œuvre, comme en hôtellerie et restauration, en production laitière, en abattage et débardage forestier, en entretien de bâtiment, etc.  En somme, il s’agit d’un bel exemple de réussite d’une façon différente d’apprendre pour des jeunes qui ont de la difficulté à fonctionner dans le modèle de l’école traditionnelle», rappelle Pierre Foisy.

Selon Pierre Foisy: «Il faut aller au-delà des beaux discours sur le décrochage scolaire et respecter ses engagements.  Québec solidaire propose que l’éducation, qui est un levier de justice sociale et de développement social,  vise à développer le plein potentiel de chaque personne et sa capacité de contribuer activement à la vie de la société.  Selon Québec solidaire, la persévérance scolaire du plus grand nombre d’élèves passe notamment par un apport supplémentaire en ressources humaines, matérielles, pédagogiques et financières.»

«Nous demandons au gouvernement Marois de tout mettre en œuvre pour sauver la MFR de Maskinongé plutôt que de maintenir son fameux déficit zéro financé à même les coupures dans les services à une population qui en a grandement besoin, car il n’est jamais trop tard, puisque l’avenir de nos jeunes et notre avenir en dépendent», d’insister Pierre Foisy.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires