Réouverture des commerces: soulagement dans la région

Réouverture des commerces: soulagement dans la région
Les commerces non essentiels du centre-ville de Louiseville ont pu rouvrir leurs portes lundi avec certaines restrictions. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

ÉCONOMIE. La semaine dernière, le gouvernement du Québec a donné le feu vert à la réouverture des commerces non essentiels et des entreprises de soins personnels partout au Québec.

«La situation s’améliore depuis quelques semaines. Les efforts faits par les Québécois ont donné des résultats. Il y a encore des inquiétudes au niveau des hôpitaux. On est à 34% de délestage au Québec. C’est un petit déconfinement, mais il faut y aller de façon graduelle pour se donner une chance dans les hôpitaux», a lancé le premier ministre, François Legault.

Cette nouvelle a été accueillie avec soulagement par la Chambre de commerce et d’industrie de la MRC de Maskinongé. «C’est une très bonne nouvelle pour les commerçants. C’est certain que lorsque les gens peuvent entrer dans les magasins ça aide à la vente d’articles. Nous avons ici des commerces de proximité. Les gens aiment voir des gens. Le service à la clientèle est super important. C’est un peu ça qu’on vient chercher en allant dans les magasins», commente Geneviève Scott-Lafontaine, directrice générale.

«Nos gens attendaient ça depuis un bon moment déjà. On approche la fin de saison et certains magasins veulent écouler leur stock d’hiver, par exemple. Il va rester les restaurants qui souffrent beaucoup depuis le début de la pandémie. C’est difficile pour eux et on espère qu’ils pourront rouvrir bientôt», ajoute-t-elle.

De son côté, le Regroupement des chambres de commerce de la Mauricie (RCCM) accueille favorablement la reprise des activités dans les magasins. «Pour ceux qui peuvent ouvrir, on se croise les doigts pour que ce soit pour longtemps. On a souvent vu des fermetures après des ouvertures. Mais il faut avoir confiance. Les commerçants doivent continuer d’appliquer les mesures et si on fait bien les choses on pourra devenir une zone orange», mentionne la présidente, Johanne Hinse.

Tout en constatant une forme d’essoufflement au niveau des entrepreneurs, Mme Hinse espère que la Mauricie deviendra rapidement zonée orange comme les régions du Nord et de l’Est du Québec. «C’est déjà mieux, mais on aurait souhaité davantage pour les restaurants et les gyms. On a plein de commerces qui attendaient de bonnes nouvelles. On va devoir attendre encore», indique-t-elle.

«On le sent, les gens sont nerveux. Plus que cela s’étend dans le temps et plus c’est inquiétant entre autres pour la rétention du personnel. Le danger, c’est que les gens trouvent des emplois ailleurs. C’est la plus grande préoccupation en ce moment. Il faut une aide gouvernementale au niveau de la rétention et du recrutement de la main-d’œuvre», rapporte-t-elle tout en demandant des mesures gouvernementales plus flexibles.

En Mauricie et au Centre-du-Québec, le couvre-feu est maintenu à 20h, l’interdiction des visites dans les maisons demeure, tout comme le télétravail obligatoire. Par ailleurs, les salles à manger des restaurants, les théâtres et les cinémas demeurent fermés. Depuis le 8 février, les activités physiques extérieures sont toutefois autorisées pour des groupes de quatre personnes pouvant provenir de quatre résidences différentes. Le retour des étudiants dans les cégeps et universités est aussi permis depuis lundi.

Le gouvernement Legault prévoit réévaluer la situation dans deux semaines. (Avec la collaboration de Stéphane Lévesque)

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires