Québec accorde 6,4 M$ pour agrandir l’école Saint-Joseph

Québec accorde 6,4 M$ pour agrandir l’école Saint-Joseph
Marc H. Plante, député de Maskinongé, Martin Fréchette, directeur de l'école Belle-Vallée et Roger Michaud, maire de Maskinongé.

Agrandissement de l’école Saint-Joseph

ÉDUCATION. D’ici un peu plus d’un an, il n’y aura plus qu’une seule école à Maskinongé. Tous les élèves du primaire, de la maternelle à la sixième année, seront réunis à l’école Saint-Joseph. Le gouvernement du Québec a confirmé, la semaine dernière, la réalisation du projet d’agrandissement de cet établissement afin d’accueillir les élèves de l’école Marie-Immaculée se trouvant actuellement au centre communautaire de la municipalité. Ces élèves avaient été forcés de déménager après la fermeture d’urgence de leur école en raison de l’apparition d’importantes fissures dans le bâtiment, notamment au niveau de la structure et des fondations. Or, le gouvernement provincial a annoncé qu’il injectait 6,4 millions de dollars dans le projet de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, dont deux millions proviennent du programme Lab-École. Celui-ci consiste à créer des écoles du futur. Au total, sept projets répartis à travers la province ont été retenus pour le Lab-École, dont celui de Maskinongé. «Il y avait une opportunité de rendre plus moderne cette école et d’améliorer son environnement physique en raison d’un manque d’espace et de l’école Marie-Immaculée qui a été condamnée à cause d’un problème de structure. L’endroit dans lequel nos enfants évoluent et apprennent est déterminant dans leur cheminement. Des locaux stimulants et qui fonctionnent différemment, ça contribue à la réussite des élèves. L’école Saint-Joseph deviendra un modèle pour toute la région», souligne Marc H. Plante, député de Maskinongé. Le projet d’agrandissement de l’école Saint-Joseph comprend l’ajout de nouveaux locaux plus adaptés favorisant la réussite scolaire, soit quatre nouvelles classes, des équipements spécialisés, de nouveaux espaces de rangement, des bureaux administratifs, des vestiaires ainsi qu’un espace destiné au service de garde.

«L’école Saint-Joseph deviendra un modèle pour toute la région» – Marc H. Plante

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy et l’équipe-école bénéficieront du soutien et de l’accompagnement des experts du Lab-École tout au long du projet, notamment pour l’élaboration des plans, et ce, jusqu’à la construction. « Très bonne nouvelle » Le directeur de l’école ne pouvait pas demander mieux comme annonce, lui qui attendait avec impatience la réponse du ministère de l’Éducation au projet d’agrandissement. «Ce sont d’excellentes nouvelles pour nous et pour la communauté. Notre école sera rénovée en grande partie pour être au goût du jour et on ajoutera un tout nouveau bâtiment dans la cour arrière pour accueillir les élèves de l’école Marie-Immaculée. Il y avait déjà des plans proposés par la commission scolaire, mais avec l’appui financier annoncé ce matin, on va les retravailler pour aller dans le sens du Lab-École», explique fièrement Martin Fréchette. Pour la direction et le personnel, il y a là de nombreux avantages à regrouper tous les services et les élèves au même endroit. «Il y aura une cohésion et la gestion de la logistique sera plus facile. On a travaillé très fort sur le dossier. Avec le manque d’espace et la fermeture d’une école, on avait besoin de nouveaux locaux. On va plus que doubler notre superficie existante de l’école Saint-Joseph. C’est un gros projet, mais ce sera bénéfique pour le milieu. Dans un avenir rapproché, tout le monde pourra travailler en collaboration en ne faisant qu’une seule équipe dans une seule école. Les grands gagnants seront les élèves», exprime M. Fréchette avec beaucoup d’émotions. Si tout se passe comme prévu, les travaux de construction devraient être terminés à l’automne 2019.

Martin Fréchette, directeur de l’école Belle-Vallée et Marc H. Plante, député de Maskinongé, en compagnie de quelques élèves de l’école Saint-Joseph.
Une fierté pour le maire Le maire de Maskinongé, Roger Michaud, assistait à l’annonce du député de Maskinongé en compagnie de quelques conseillers municipaux. Pour lui, la réalisation de ce projet s’inscrit dans la vision de la municipalité d’innover et de bâtir un milieu dynamique. «Je suis très heureux de cette annonce parce que pour nous, la priorité a toujours été de conserver les élèves à Maskinongé. Quand la fermeture de l’école Marie-Immaculée est survenue, la municipalité a offert le centre communautaire parce qu’on ne voulait pas que nos jeunes aillent à Louiseville, Saint-Justin ou Sainte-Ursule. On voulait les garder chez nous. On développe Maskinongé pour garder nos jeunes pas pour les envoyer ailleurs», répond le maire de Maskinongé. «On ne peut qu’être heureux de cette annonce et de l’aide offerte par le gouvernement». Visite déterminante de Sébastien Proulx Selon les informations obtenues par l’Écho de Maskinongé, Québec n’avait pas prévu appuyer financièrement le projet d’agrandissement de l’école Saint-Joseph cette année. Une visite du ministre de l’Éducation dans les deux écoles primaires et du centre communautaire de la localité, en avril dernier, l’aurait toutefois convaincu de prioriser le dossier de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy et d’investir à Maskinongé. L’état de la situation, les nombreux efforts et la mobilisation des intervenants locaux auraient contribué à faire changer d’idée le ministre. Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires