Quand un texte peut révéler notre personnalité

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Quand un texte peut révéler notre personnalité
Raphaël Certain. (Photo : courtoisie)

Raphael Certain, un finissant en biologie de l’UQTR, a codéveloppé un logiciel qui permet de connaître les traits de personnalité d’une personne en analysant un de ses textes. Son projet d’affaires, Neurotify, lui a d’ailleurs permis de remporter le titre d’Entrepreneur du mois de mai 2019 de l’Association des clubs d’entrepreneurs étudiants (ACEE) du Québec.

«On prend un texte que la personne a écrit et celui-ci est analysé par un algorithme qui est capable d’extraire du texte plus de 50 traits de personnalité. En analysant les mots choisis et la structure des phrases, on peut voir la personnalité de quelqu’un. On peut voir, par exemple, si la personne fait preuve de leadership», explique Raphael.

«Ça permet de mieux connaître la personne qui postule pour ensuite lui offrir le bon poste, ajoute-t-il. Ainsi, on augmente le taux de satisfaction, on crée de meilleures équipes de travail et le taux de rétention de la main-d’œuvre est plus élevé.»

Le jeune homme d’affaires dans la vingtaine espère que cet outil favorisera le recrutement des entreprises et améliorera le bien-être des employés au sein de celles-ci.

«Généralement, les entreprises utilisent des tests de personnalité pour les dernières personnes retenues dans le processus d’embauche. C’est long et coûteux. Mais avec Neurotify, on peut faire passer le test à tous les candidats et leur offrir un poste selon leur personnalité. Ce pourrait même être un autre poste pour lequel la personne n’avait pas postulé au départ, mais qui convient mieux à sa personnalité», mentionne Raphael Certain.

Ce dernier s’est joint au projet à titre de cofondateur en 2018. Pendant huit mois, son associé et lui ont peaufiné la plateforme.

«J’ai apporté mon expérience au projet, surtout au niveau de la justesse et de la précision des résultats, indique Raphael. Mais l’idée vient de mon associé qui travaillait sur le projet depuis quatre ans avant qu’on se rencontre. Il avait remarqué le taux élevé de départs pour épuisement professionnel et la difficulté des entreprises à garder leurs employés longtemps.»

Le logiciel Neurotify n’est pas encore disponible sur le marché, mais les entrepreneurs visent qu’il le soit en septembre.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des