Près de 100 personnes participent à la soirée d’information

Une rencontre d’information et de sensibilisation, destinée auxpropriétaires terriens des municipalités de la MRC de Maskinongé, dont les lots seraient traversés par l’Oléoduc Énergie Est de TransCanada, s’est tenue lundi soir, le 11 avril, au Centre communautaire Inc. de Maskinongé.

L’évènement, une initiative du Comité Vigilance Hydrocarbures des municipalités de la MRC de Maskinongé, se voulait une amorce de discussions et d’échanges avec les propriétaires de « premières lignes » sur les thèmes de l’environnement, de l’acceptabilité sociale et du droit.

Les conférenciers étaient Stéphanie Allard, coauteure de l’étude indépendante sur les impacts du projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada dans la MRC D’Autray, Marc Bishai, juriste au Centre Québécois du Droit de l’Environnement (CQDE) et Lucie Desjardins, membre d’une famille d’agriculteurs. La qualité de leurs présentations et des questions des propriétaires terriens ont confirmé la pertinence de la rencontre. Ces interventions ont permis au public présent de parfaire leur compréhension des enjeux, des impacts et des risques du projet d’oléoduc.

Pendant que l’on attend le début de la 2e partie des audiences du BAPE, il apparaît évident que les propriétaires terriens, tout au long du tracé proposé par Énergie Est, se sentent isolés et dépourvus quant aux questions de droit et de recours possibles pour faire valoir leur souveraineté sur leurs terres.

On sait que la MRC de Maskinongé, qui a rencontré les représentants d’Énergie Est et qui refuse toujours de prendre position sur le projet, n’a pas jugé utile, à ce jour, d’informer la population des impacts possibles dudit projet sur le milieu. Les principes de prévention et de précaution, préconisés par la politique de développement durable adoptée par la MRC en 2011, devraient en principe prévaloir et garantir la protection du territoire maskinongeois, dont l’économie et le mode de vie reposent largement sur l’agriculture et le tourisme.