Plusieurs projets sur la table à Maskinongé en 2022

Louis Cournoyer - redaction@lechodemaskinonge.com
Plusieurs projets sur la table à Maskinongé en 2022
Roger Michaud, maire de Maskinongé.  (Photo : L'Écho - Archives)

DÉVELOPPEMENT.  Quelques jours après le nouvel An sanitaire, les citoyens de Maskinongé ne regardent pas 2022 comme les autres. Même si l’incertitude de la pandémie plane toujours, les résidents de la municipalité connaîtront une année faste, marquée par une légère baisse de taxes pour la majorité de ses habitants, mais surtout par plusieurs projets en voie d’être réalisés.

Toit sur la patinoire

Présenté parmi plusieurs avant la COVID, le projet de patinoire couverte était évalué au départ à 1,4M$, payé aux 2/3 par le gouvernement québécois. Mais avec l’augmentation du coût des matériaux, du coût de la vie, la facture totale pourrait frôler les 2M$.  »Le problème qu’on rencontre avec tout ça, c’est que l’enveloppe gouvernementale ne bouge pas elle! » de dire le premier magistrat de la municipalité.  »On avait trois choix: soit on trouve le million manquant au privé et en puisant dans notre surplus budgétaire, soit on augmente nos taxes, soit on ne fait pas le projet », renchérit-il.

Évidemment, les employés de la municipalité surveilleront les travaux de près pour éviter les extras. Le conseil municipal courtise évidemment le privé. Certains élus ont même avancé de leurs propres économies pour tracer le chemin. Des dizaines de milliers de dollars ont officiellement été déposés dans les coffres. Plusieurs approches auprès d’entreprises devraient, espère-t-on, déboucher sur d’autres sommes à recevoir en ce début d’année.

Développements domiciliaires

Les maisons, mais surtout les terrains se vendent bien à Maskinongé.  »Les jeunes couples débarquent ou reviennent chez nous, chez eux », de dire Roger Michaud. Les trois raisons majeures invoquées : l’implantation du Lab-école l’école des Cerisiers, dont la livraison est prévue en avril 2023, le service des loisirs, et la proximité de tout, ou la position géographique avantageuse. Mais tout ceci engendre un beau problème : le manque d’espace!

Au moment d’écrire ces lignes, il restait moins de cinq terrains dans le parc résidentiel derrière la Caillette, et trois à Place Bernard-Lessard. Tous les services y sont rendus, et une fois ces lots ou terrains achetés, les proprios ont de 2 à 5 ans pour se bâtir.  »Il nous faut discuter en séance du conseil de nouveaux endroits pour développer la municipalité et accueillir nos futurs concitoyens de concert avec les différentes lois, comme la loi 103! » dit-il.

Selon ce qu’on a pu apprendre, deux projets de parcs immobiliers sont en cogitation. Le premier se situerait derrière le bureau de la municipalité, entre le chemin de fer et la rue Patrice, sur le terrain appartenant maintenant au groupe Richer. Si les démarches de la municipalité s’avèrent positives, il y aurait un potentiel de plus de 150 maisons et unités de logement. En plus, l’eau s’écoulerait par gravité jusqu’au bassin d’épuration, qu’il faudrait cependant agrandir. L’autre projet consisterait à prolonger la rue Paquin, jusque tout près du 157 route du Pied de la Côte, anciennement chez feu Clovis Gaboury. Dans les deux cas, on demeure dans l’hypothèse.

Événements et festival

Vous vous souvenez du défunt Festival de Ragtime qui a eu lieu dans la localité au milieu des années 90? Des conseillers veulent que ça bouge davantage à Maskinongé, et le maire se range derrière eux. Celui-ci prévient tous ceux qui ont des idées ou qui voudraient en proposer:  »Si tu veux des activités qui marchent, ça prend des bénévoles. Commençons par une ou deux petites activités qui marchent bien, et ensuite, graduellement, faisons grandir ces événements. » Selon lui, la Fête nationale 2022 pourrait être le début de quelque chose. Avec le toit de la patinoire qui devrait être complété, le parc intergénérationnel tout près, le maire estime que les citoyens ont une belle occasion de s’approprier leurs nouvelles infrastructures.

Par ailleurs, Maskinongé, en collaboration avec Sainte-Ursule, embaucherait bientôt une nouvelle ressource en loisir.  »Pour aider nos groupes, comme l’âge d’Or, l’AFÉAS, etc, la personne embauchée guidera les organisations pour l’obtention de subventions, aidera aussi à la logistique du transport collectif, à faire de la promotion, etc. Cette personne sera la courroie entre le citoyen et les hautes instances », souhaite M. Michaud.

La haute vitesse pour tous

Également, on sait que l’entreprise de Valcourt Cooptel a maintenant repris le mandat de Maskicom. La fibre optique sera enfin déployée à tous les résidents sans exceptions. Le gouvernement du Québec l’a mandatée pour fournir le service Internet haute vitesse dans tous les secteurs de la MRC de Maskinongé d’ici septembre 2022. Advenant du retard sur le déploiement, des pénalités seront données à l’entreprise.  »La presque totalité des fils sont passés, ne restera qu’à raccorder les citoyens qui veulent le service » termine le maire de Maskinongé, Roger Michaud.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires