Matériaux spécialisés Louiseville pourra améliorer sa productivité et poursuivre sa croissance

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Matériaux spécialisés Louiseville pourra améliorer sa productivité et poursuivre sa croissance
Patricia Baril, VP Finances et opérations chez MSL, Rémi Massé, député d’Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia et secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Patrick Wellington, président de MSL ainsi qu'un opérateur de l'entreprise. (Photo : Photo courtoisie)

ÉCONOMIE. Le gouvernement du Canada vient d’accorder une aide financière de près de 390 000 $ à l’entreprise Matériaux spécialisés Louiseville.

Matériaux spécialisés Louiseville inc. (MSL) est une PME innovante qui recycle annuellement 25 000 tonnes de bois de construction; elle fabrique des matériaux de construction parmi les plus écologiques. Pour mieux poursuivre ses activités, l’entreprise bénéficiera d’une contribution remboursable de 387 480 dollars de Développement économique Canada pour les régions du Québec. Grâce à cette aide financière, MSL pourra moderniser sa production par l’acquisition de nouveaux équipements numériques en vue de poursuivre sa croissance dans ses marchés.

Ce financement a été annoncé hier par Rémi Massé, député d’Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia et secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, à l’occasion d’une visite de l’usine. L’aide du gouvernement du Canada permettra plus spécifiquement de soutenir la croissance de MSL et de l’appuyer dans la réalisation de son projet visant à améliorer la productivité et la qualité des produits, à augmenter la capacité de production et à réduire les coûts de production.

Fondée en 2003, Matériaux spécialisés Louiseville se spécialise dans la fabrication de produits de construction (panneaux à base de fibres de bois recyclées) principalement conçus pour l’insonorisation, la toiture commerciale et l’isolation thermique. L’usine de MSL est certifiée ISO 9001 et se distingue par un procédé de transformation unique, entièrement automatisé et écologique, doté d’un circuit d’eau fermé (zéro effluent). Le projet actuel devrait entraîner des investissements totaux de près de 1,3 million de dollars et la création de trois emplois.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des