Maskinongé: pas de réseau d’égout sur la route 138 avant 2021

Maskinongé: pas de réseau d’égout sur la route 138 avant 2021
Le réseau d'égout sanitaire sur la route 138 à Maskinongé ne verra pas le jour avant encore quelques années. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

MUNICIPAL. La croissance fulgurante que vit actuellement Maskinongé n’a pas que des conséquences positives pour la municipalité qui doit maintenant réévaluer la capacité de ses infrastructures à recevoir les eaux usées produites par l’ensemble des immeubles de son territoire.

Le conseil municipal de Maskinongé souhaite depuis plusieurs années construire un réseau d’égout sanitaire sur la route 138 afin de desservir les bâtiments commerciaux et résidentiels qui se situent sur une partie des boulevards Est et Ouest ainsi que sur une portion des rangs de la rivière Sud-Est et Sud-Ouest. «Ça fait longtemps que ce projet-là est dans l’air et qu’il est discuté. Dans les dernières années, on a informé les citoyens qu’on souhaitait bel et bien le réaliser et qu’on avait l’intention de le présenter dans un programme du gouvernement pour obtenir une subvention, car c’est quand même aujourd’hui un projet évalué à 1,5 million de dollars et la municipalité à elle seule n’a pas les moyens de payer ça», explique Roger Michaud, maire de Maskinongé.

Entre-temps, des problèmes de débordement d’égout à la station de pompage Sainte-Marie sont apparus et la municipalité n’a d’autres choix que d’appuyer sur le frein avant d’aller plus loin. «Ça ne donne rien d’aller de l’avant avec le projet et de le déposer quand tu sais que tu ne pourras pas brancher tes nouvelles conduites au réseau municipal. On a des problèmes et il faut absolument les régler. Ce n’était pas prévu. On doit trouver ce qui cause les débordements et évaluer si nos équipements sont adéquats avant», répond le maire.

«On veut une planète en santé et pour ça, il faut agir!»

– Roger Michaud

Étude à venir

Au cours de la prochaine année, le conseil municipal va mandater une firme spécialisée qui devra réaliser une étude permettant d’évaluer la capacité des bassins de traitement des eaux usées, du réseau d’égout ainsi que des postes de pompage et déterminer si les équipements en place répondent aux besoins actuels et futurs de la municipalité. Cette étude devrait coûter entre 20 000 $ et 30 000 $. «Quand notre réseau d’égout a été fait, en 1998, il n’avait pas été conçu pour recevoir près d’une centaine de nouvelles maisons et d’appartements. À l’époque, le secteur des Bâtisseurs devait être un parc industriel et non pas un quartier résidentiel. On a des débordements surtout lors des fortes pluies et on n’a pas le choix de déverser dans la rivière. On doit ensuite rendre des comptes à l’environnement», précise M. Michaud.

La municipalité soupçonne également que l’égout pluvial de certaines propriétés plus âgées soit branché directement dans l’égout sanitaire, ce qui entraîne un volume d’eau usée plus élevé qu’à la normale dans les infrastructures municipales. «Les analyses vont nous permettre de savoir si c’est le cas. On veut une planète en santé et pour ça, il faut agir!»

Aide financière

Si tout se déroule comme prévu, la Municipalité de Maskinongé compte présenter son projet dans le programme FIMEAU en 2021, ce qui lui donnera le temps de mettre à jour son projet et de le bonifier si nécessaire en fonction des recommandations des experts. L’aide financière attribuée pourrait atteindre 85 % du coût du projet. La municipalité pourrait également utiliser le Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ) pour financer une partie du projet.

En attendant de connaître les prochaines étapes, la municipalité invite les citoyens des secteurs concernés à attendre avant de se conformer aux nouvelles normes environnementales sur l’évacuation et le traitement des eaux usées.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des