Maskicom: «une année charnière»

Maskicom: «une année charnière»
Maskicom a comme objectif de fournir l'Internet haute vitesse à plus de 4900 foyers ou entreprises de la région. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

INTERNET.Les citoyens et entreprises de la région qui attendent avec impatience l’arrivée des services de Maskicom ne doivent pas désespérer. Malgré les retards rencontrés, le déploiement de la fibre optique se poursuit sur le territoire, assure l’organisme.

Maskicom est un organisme sans but lucratif fondé par la MRC de Maskinongé afin de fournir Internet haute vitesse aux zones orphelines du territoire, des endroits où les grands joueurs refusent de se rendre. Il a obtenu 10,4 millions$ des gouvernements en 2017 pour son projet dans le cadre des programmes Brancher pour innover et Québec branché.

Rappelons qu’à la fin de la dernière année, le conseil d’administration de Maskicom avait dénoncé publiquement l’attitude de Bell en estimant être victime de concurrence déloyale de la part du géant des télécommunications. L’organisme jugeait que Bell faisait preuve de mauvaise foi en lui mettant des bâtons dans les roues, notamment en imposant des délais importants pour l’émission des permis nécessaires à la location d’un emplacement sur les poteaux électriques et en évitant de réparer rapidement les embûches identifiées sur ces mêmes poteaux.

Or, depuis ce temps, les choses semblent s’être améliorées. «On a rencontré les gens de Bell et d’Hydro-Québec. On aura d’autres rencontres avec eux. Les travaux avancent. Ça va un peu mieux. Ça n’empêche pas que les embûches sont lentes à réparer et plusieurs détails n’ont pas été complétés. Nous sommes environ un an en retard. C’est notre année charnière. C’est là qu’il faudrait brancher le plus de monde possible. J’espère que la suite va se faire d’une bonne manière. Si toutes les embûches prennent trois mois à réparer, on va avoir de la difficulté à compléter le travail», explique Robert Lalonde, président de Maskicom.

L’organisme doit dérouler 600 kilomètres de fibre optique sur plus de 11 000 poteaux, mais la présence d’embûches ralentit le déploiement. Le temps presse pour Maskicom, car il a jusqu’au 31 mars 2021 pour réaliser son projet et desservir les quelque 5000 clients potentiels. Présentement, seule une dizaine de clients ont été branchés. «On aurait dû avoir à l’heure actuelle 1200 clients. Cette année, on met la barre un peu plus haute et on vise rejoindre entre 2500 et 3000 clients», répond M. Lalonde.

S’il ne parvient pas à atteindre les objectifs fixés, Maskicom n’écarte pas la possibilité de demander un délai supplémentaire ainsi qu’une compensation financière aux instances gouvernementales pour pouvoir compléter son projet.

Bientôt chez vous

Les services de Maskicom suscitent de l’intérêt dans le marché. Les citoyens sont invités à se référer à leur municipalité ou à Maskicom directement pour obtenir la plus récente mise à jour sur l’avancement des travaux. «On travaille pour brancher les gens le plus tôt possible. C’est notre but!», lance Robert Lalonde. «Chaque municipalité va être mise au courant d’où nous sommes rendus et quand nous serons présents dans sa localité. Maskicom a été créé pour offrir aux citoyens Internet haute vitesse à 50 mégabits. Les profits générés seront redistribués dans nos municipalités participantes. Nous, on ne remplit pas les poches des actionnaires. Même après les embûches et les délais, nous sommes déterminés et confiants d’offrir ce service à nos citoyens. On veut aller de l’avant. Les gens doivent nous attendre, car on s’en vient!»

Le saviez-vous?

Pour limiter les frais des futurs abonnés, l’entreprise Madysta, sous-traitant de Maskicom, s’occupe de déployer la fibre optique dans la région jusqu’aux mâts de branchement électrique des résidences. Cette procédure n’implique pas d’entrer dans les résidences et n’engage pas les propriétaires à s’abonner aux services de Maskicom. Les techniciens ne font que fixer la fibre ainsi qu’un boîtier au mât électrique. Lorsqu’un secteur sera connecté et qu’Internet haute vitesse sera disponible, le service à la clientèle de Maskicom communiquera avec ses futurs clients pour procéder à l’installation finale des équipements.

Si un propriétaire refuse le déploiement de la fibre optique jusqu’à sa maison, il doit rapidement aviser Maskicom. Lors d’un éventuel abonnement, le client doit cependant considérer qu’il en coûtera plus cher pour l’installation complète.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des