Marguerite Blais de passage dans Maskinongé

Par superadmin
Marguerite Blais de passage dans Maskinongé
Marguerite Blais

La ministre responsable des Aînés et députée de Saint-Henri-Sainte-Anne, Marguerite Blais, était de passage à Louiseville hier, afin de visiter des résidences de personnes âgées et de donner, par le fait même, un coup de pouce à son collègue libéral, Jean-Paul Diamond dans sa campagne électorale.

«J’ai une très grande admiration pour M. Diamond, il a 72 ans. Ç‘a peut-être l’air de rien, mais beaucoup prennent leur retraite plus tôt dans la vie. Lui, à 72 ans, il veut encore une fois être élu, alors qu’il pourrait décider de jouer au golf et d’être assis près de son lac. Il a des engagements sociaux forts et il pense qu’il peut faire la différence pour la communauté. Pour moi, il est un modèle de vieillissement actif, ce que je favorise», confiait la ministre.

Cette dernière en a profité pour parler des aînés qui représentent une proportion grandissante de la population dans la province de Québec et valoriser des efforts tels que ceux mis de l’avant à la villa Harfang des Neiges, une résidence pour personnes âgées située à Louiseville.

«C’est une résidence très bien équipée et très bien organisée, avec une bonne sécurité pour les gens. Ils avaient une grande fierté de me montrer ce qu’ils étaient en train de faire: soit de faire en sorte que les personnes souffrant d’Alzheimer ne soient plus séparées de leur conjoint.»

Mme Blais a aussi visité la résidence Laveault, anciennement la résidence Deschênes, de Louiseville qu’elle a qualifié de «belle histoire de famille».

Il faut savoir que Marjolaine Laveault, une des quatre enfants du couple de propriétaires, Manon Houle et Serge Laveault, a gagné deux prix majeurs décernés par l‘Association québécoise de gérontologie (AQG). Elle a raflé le Grand prix de l’AQG et le coup de coeur du public pour un essai portant sur l’âgisme, en février dernier. La jeune fille de 17 ans aimerait prendre la relève de ses parents et travaille pendant ses études à la résidence familiale. Un signe porteur d’espoir que les aînés de Maskinongé sont entre de bonnes mains selon la ministre.

«C’est ma fierté que les gens de Louiseville puissent rester dans notre région (au moment de se choisir une résidence). Je suis chanceux parce que le Seigneur m’a donné une bonne santé, je suis un gars en forme à 72 ans. Je suis un peu le protecteur des aînés et si elle veut faire une mauvaise loi, je vais dire “Marguerite ne touche pas à ça.” Elle n’a passé que de bonnes lois qui m’ont fait applaudir, mais je la surveille», concluait Jean-Paul Diamond, avec un sourire narquois.

Le matin même, Mme Blais avait participé à l’inauguration du local de Robert Pilote dans le comté de St-Maurice.

Le docteur Lambert ne croit pas le docteur Barrette

Au lendemain du passage de la ministre Marguerite Blais dans Louiseville, le docteur Luc Lambert a remis en question l‘engagement du candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Terrebonne, le docteur Gaétan Barrette qui promettait à chaque famille québécoise un médecin d’ici un an.

«Ici, on est un peu privilégié, on n’est pas loin de ça», a-t-il d’abord admis en parlant de la MRC de Maskinongé. «Mais, il n’y aura pas de recette miracle. Et, c’est beau être inscrit auprès d’un médecin, mais ça ne veut pas dire qu’on va le voir quand on veut et aussi régulièrement qu’on le voudrait», a-t-il ajouté.

Celui-ci a aussi souligné qu’aucun médecin de famille d’origine francophone québécoise ne s’était installé dans la MRC de Maskinongé depuis une dizaine d’années.

Le docteur Luc Lambert pratique dans la région depuis 31 ans, il a fait ses déclarations en entrevue à L’Écho de Maskinongé en marge du lancement de la saison 2012-2013 du comité culturel de St-Léon-le-Grand, où il agit à titre de président d’honneur et de généreux commanditaire. Il pratique actuellement sa profession à Maskinongé.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires