Louiseville cherche un allié en Trois-Rivières

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Louiseville cherche un allié en Trois-Rivières
Yvon Deshaies, maire de Louiseville. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

POLITIQUE. L’arrivée de Jean Lamarche à la tête de la Ville de Trois-Rivières laisse croire au maire de Louiseville qu’il trouvera la même oreille attentive qu’auparavant avec Yves Lévesque, avec le nouveau venu en politique, notamment pour le développement régional.

Yvon Deshaies accueille positivement l’élection de Jean Lamarche. «J’ai suivi avec un peu d’intérêt la campagne à Trois-Rivières. Je n’avais pas de parti pris. Un ou l’autre des candidats, ça ne me dérangeait pas. C’est la démocratie qui a parlé et on doit respecter ça. J’espère qu’on aura l’occasion de travailler ensemble pour le bien de la population», lance d’abord le maire de Louiseville en toute confiance.

Même s’il ne connait pas personnellement Jean Lamarche et qu’il n’a pas eu l’occasion de lui parler dernièrement, M. Deshaies souhaite cependant établir de bonnes relations avec le nouveau maire de Trois-Rivières. Il espère, entre autres, discuter avec lui des dossiers du train à grande fréquence, de la pyrrhotite et de l’environnement. «Ce sont des dossiers importants pour la région. J’ai à cœur ces dossiers-là et ils touchent notre population. Ce sont des projets qu’on va discuter lorsque je vais le rencontrer. Ça m’apparaît être une personne en mesure de bien relever ce défi», confie M. Deshaies.

«Je vais apprendre à le connaître. J’avais de bonnes relations avec M. Lévesque et j’espère que j’en aurai d’aussi bonnes avec M. Lamarche. Ça semble être une bonne personne, sérieuse et avec la volonté de développer Trois-Rivières comme l’a fait Yves Lévesque avec les projets d’envergure que l’on connait».

Conscient du rôle que joue la Ville de Trois-Rivières dans l’échiquier régional, le maire de Louiseville s’engage à collaborer avec son nouvel homologue. «Trois-Rivières, c’est le cœur de la région. C’est la plus grosse ville en Mauricie. Autour, nous sommes les artères. Si Trois-Rivières va bien, se développe bien et si ça bouge, on va ressentir les effets positifs de ça jusqu’à Louiseville. C’est bon pour nous autres. Ça va bien présentement à Trois-Rivières et je souhaite que ça continue. Tout le monde en sort gagnant», commente M. Deshaies.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des