Louiseville appuie les médias locaux

Louiseville appuie les médias locaux
Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, est l'un de ceux qui lisent attentivement l'Écho de Maskinongé chaque semaine. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

Appui indéfectible envers l’Écho de Maskinongé et la presse écrite

LOUISEVILLE. Dans une résolution adoptée à l’unanimité, le 9 septembre dernier, le conseil municipal de la Ville de Louiseville démontre son soutien envers les médias locaux, dont la plupart sont privés de revenus publicitaires puisque les entreprises ou les organismes se tournent de plus en plus vers les géants du Web pour s’annoncer.

Le maire de Louiseville jugeait important d’adopter une motion semblable afin d’appuyer les médias locaux envers qui il accorde une grande importance. La Ville demandait aux gouvernements du Québec et du Canada de mettre en place rapidement des actions pour soutenir les médias imprimés, soit notamment en imposant une taxe aux grandes entreprises étrangères qui récoltent d’importants revenus publicitaires lesquels ne sont pas réinvestis dans l’économie locale et que le produit de la taxe puisse servir de soutien financier aux médias locaux et régionaux.

«L’Écho de Maskinongé, dans notre communauté, c’est très important. Les gens, moi le premier, sont attachés au journal papier. Je ne vais ni sur une tablette, ni sur les ordinateurs. Je suis encore sur le papier et quand j’ai besoin de communiquer avec quelqu’un, je l’appelle. C’est ça que j’aime. Nous avons la chance d’avoir un journal de proximité gratuit qui offre de l’information de qualité. Notre population est bien informée sur l’actualité locale. Même si bon nombre de personnes ont fait un virage numérique, il reste que beaucoup de gens sont attachés ou reviennent au papier comme dans le bon vieux temps», confie Yvon Deshaies.

La Ville de Louiseville indique faire sa part pour assurer la pérennité des médias imprimés notamment en y faisant la publication de ses avis publics. «On essaie de partager nos avis dans notre journal municipal, dans notre hebdomadaire local et dans le quotidien régional. On a l’intention de continuer de procéder de cette manière. C’est une façon d’appuyer ces médias-là», souligne le maire.

Yvon Deshaies tenait d’ailleurs à interpeller les commerçants, les entreprises et les organismes de la région. «Quand vous êtes capables de passer une publicité dans l’Écho, faites-le! Si tout le monde aide, notre journal va rester en vie et les emplois seront conservés. Il faut se rappeler qu’il y a des gens derrière ces médias, des artisans, des conseillers publicitaires et des journalistes. Ce sont des citoyens de nos municipalités qui contribuent aussi à notre économie locale et qui achètent chez nous. Il faut que les annonceurs comprennent ça. Les géants du Web, eux, ne paient rien chez nous», lance-t-il.

À titre personnel, alors qu’il était propriétaire d’une pâtisserie à Louiseville, M. Deshaies a lui-même utilisé l’Écho de Maskinongé pour offrir de la visibilité à son commerce, et ce,  pendant près de 20 ans. «Dans deux ans, l’Écho va célébrer son 100e anniversaire. On l’a connu sous plusieurs noms, mais nous avons toujours été bien informés et ce journal a toujours été très présent. On retrouve dedans des informations de partout dans la MRC de Maskinongé. Les gens de la région aiment leur Écho. C’est une belle compagnie. On espère que ce journal restera avec nous pour encore longtemps», souhaite-t-il.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des