L’école Saint-Louis de Louiseville offre un nouveau mode d’apprentissage à ses élèves

Par danielbirru
L’école Saint-Louis de Louiseville offre un nouveau mode d’apprentissage à ses élèves
Élèves, enseignants et partenaires étaient tous très heureux d'inaugurer officiellement la nouvelle classe-école de l'école primaire de Louiseville. (Photo : L'Écho : Daniel Birru)

L’École primaire Saint-Louis de Louiseville a fait l’acquisition, en début d’année scolaire, d’un tout nouvel aménagement qui permettra la tenue de classes extérieures, pour les élèves. Un atout essentiel pour donner un mode d’apprentissage aux enfants en plein air.

Grâce à la mobilisation communautaire et au soutient financier de plusieurs partenaires du milieu, l’école comprend maintenant une classe-école composée de sept bancs-tables et d’un bureau pour l’enseignant installés en cercle, dans la cour d’école. Des pierres naturelles sont également disponibles, un peu plus loin, pour permettre à des élèves additionnels de participer à la classe. Comme l’explique Sylvain Carrier, directeur de l’école, l’endroit sera utilisé plus qu’à des fins pédagogiques.

« Tout au long de l’année, peu importe la période de l’année, il va y avoir des activités qui vont y avoir lieu quand même, ici. On va s’habiller en fonction. Mais ça sera aussi un lieu de rassemblement, où il va se passer plusieurs activités, » souligne M. Carrier, qui indique qu’il a l’intention d’inviter un conteur, par exemple, pour venir raconter des histoires aux enfants.

Cette initiative a été soutenue par le Centre d’action bénévole de la MRC de Maskinongé, qui a contribué à installer la structure, dans la cour d’école. Sophie Langlois, agente de développement qui a piloté le projet, a travaillé là-dessus avec plusieurs bénévoles pendant un an. Elle explique que ce projet fait partie d’un ensemble d’activités intergénérationnelles entre les aînés bénévoles et les élèves.

Selon Sylvain Carrier et Sophie Langlois, cette initiative va aussi amener les enseignants vers de nouvelles approches d’apprentissages qu’ils pourront mettre à l’essai, auprès des élèves. Certains d’entre eux auraient déjà fait usage de la classe-école de manière innovante, que ce soit avec la recherche d’idées, ou à la démonstration de certains éléments de la nature. Par exemple, plusieurs enseignants s’entendent pour dire que le cours de science se donne très bien à l’extérieur, en plein cœur des éléments qui sont enseignés aux jeunes, tels que les arbres et les feuilles.

Les élèves heureux de pouvoir tenter l’expérience

Les jeunes en question sont tout aussi enthousiaste que les organisateurs, à l’idée de faire l’école extérieure. « Je trouve que c’est une idée formidable pour l’été, parce que c’est durant l’été que nos professeurs aiment nous sortir dehors faire nos travaux, » dit Rosalie, une élève de l’école Saint-Louis. « On était souvent pris pour s’asseoir par terre, mais là on va pouvoir s’installer sur des tables! » s’exclame-t-elle.

« À date, c’est bien, » renchérit pour sa part Jade, qui a déjà pris part à plusieurs périodes de cours en plein air. « Quand j’ai chaud, j’ai un petit courant d’air, donc je me sens beaucoup mieux dehors. »

La Ville de Louiseville a été parmi les partenaires financiers de ce projet. Le maire Yvon Deshaies soutient qu’une initiative comme celle-là va permettre aux jeunes de passer plus de temps dehors, ce qui est essentiel, à leur âge. « Je pense que ça permettra un bel apprentissage pour eux. Ça leur permettra de mieux découvrir la nature, et tout peut arriver, lorsqu’on apprend dans la nature. C’est vraiment une belle initiative, » indique-t-il.

En plus d’arbres qui sont plantés autour de la classe-école, qui viendront éventuellement ajouter de l’ombre, durant les leçons, M. Deshaies confirme que la prochaine étape sera d’installer un dôme autour des pupitres, afin de permettre aux élèves de sortir à l’extérieur beau temps, mauvais temps. La ville sera également présente pour assurer un soutien financier, lorsque le temps sera venu.

Parmi les autres partenaires financiers, on compte le député de Maskinongé, Simon Allaire, la Caisse Desjardins de l’Ouest de la Mauricie, les Dames Charitables de Louiseville, et le Canadian Tire de Trois-Rivières.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires