Le temps des sucres

Photo de _L'Écho de Maskinongé
Par _L'Écho de Maskinongé
Le temps des sucres
Les temps des sucres est maintenant arrivé!

C’est le printemps! Les jours rallongent et le soleil se fait plus chaud. La neige fond, les arbres ne tarderont pas à bourgeonner et les oiseaux migrateurs à sillonner le ciel. Au rythme du gel et du dégel, la sève monte doucement dans les érables. Le temps des sucres est maintenant arrivé, voilà le rituel printanier au Québec.

Dès que le temps se montre favorable, l’acériculteur entaille l’écorce des érables. Il recueille ainsi une eau légèrement sucrée qui se transforme, après ébullition, en sirop.

S’inspirant des Amérindiens, qui se servaient de ce sirop pour la cuisson du gibier, les pionniers français en ont fait la base de plats savoureux apprêtés sur feu de bois. Aujourd’hui, petits et grands raffolent de ces mets qui composent les copieux repas servis dans les cabanes à sucre: soupe aux pois, fèves au lard, jambon au sirop, grillades (oreilles de crisse), omelettes, tartes au sucre, grands-pères, crêpes et la traditionnelle tire sur la neige.

Avant d’être transformée, l’eau s’écoule goutte à goutte de l’arbre par des chalumeaux. On accrochait autrefois à ceux-ci des sceaux dont on versait régulièrement le contenu dans des tonneaux tirés par des chevaux. Modernité oblige, plusieurs érablières utilisent maintenant un ingénieux réseau de tubulures qui relie les chalumeaux à une pompe et achemine par pression à vide la sève à l’évaporateur. Rien n’est ajouté au précieux nectar. Seule l’eau en est évaporée. Il faut environ 40 litres de sève pour produire un litre de sirop pur.

On dénombre quelques érablières dans la MRC de Maskinongé qui, en plus de faire bouillir l’eau d’érable, reçoivent les visiteurs à leur table. Dans bon nombre de cabanes à sucre, dissimulées dans les sous-bois, on se plaît à recréer l’ambiance d’antan. C’est le cas de la Cabane à sucre 2000 et Au bec sucré de Maskinongé, Cabane à sucre Alain Ladouceur de Saint-Justin, Cabane à sucre Daniel Boisvert, Cabane Chez Gerry et à l’Auberge Le Baluchon de Saint-Paulin, Cabane à sucre Jean-Roch Bergeron de Sainte-Ursule et Cabane à sucre À la R’voyure de Saint-Barnabé.

Fait intéressant! Le Québec est au premier rang des producteurs de sirop d’érable dans le monde. Les érablières du Québec produisent 70 % du sirop vendu à travers la planète. Rappelons que l’an dernier, la saison n’avait pas été extraordinaire. Cela avait même été catastrophique pour certains au niveau de la récolte. La neige étant très abondante et le sol moins gelé, il n’y avait rien en faveur des acériculteurs. Souhaitons donc aux propriétaires d’érablière une meilleure saison que l’an passé!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires