La grande séduction des employeurs TI

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
La grande séduction des employeurs TI
En partant de la gauche, on retrouve Alexandre Ollive, directeur général de GROUPÉ; Catherine Parissier, vice-rectrice Études et formation à l'UQTR; Chantal Durocher, directrice du Développement des affaires chez Desjardins Entreprises; Charles-André Horth, PDG de Factora; et Éric Milette, directeur général du Collège Shawinigan.

EMPLOIS. Des employeurs se sont mis sur leur 36 pour courtiser les jeunes diplômés le 18 octobre dernier à l’occasion de l’activité Vitrine TI qui se tenait dans la capitale régionale. Une vingtaine d’entreprises œuvrant dans le domaine des technologies de l’information (TI) participaient à cet événement, qui en était à sa 2e édition. Le secteur des TI en Mauricie est en pleine effervescence depuis quelques années. S’il ne représente que 2% du chiffre d’affaires des TI au Québec, il connait néanmoins une croissance phénoménale de 93% dans les 5 dernières années. «On parle de plus de 800 emplois en 2017, des revenus de 73 millions$ et plus de 200 postes à combler mais ces chiffres changent continuellement chaque trimestre», explique Alexandre Ollive, directeur général de GROUPÉ Mauricie – Rive-Sud, l’organisme qui chapeautait l’événement. Sous la thématique Viens rencontrer ton employeur, Vitrine TI offrait une formule originale qui consistait à accorder à chaque employeur présent 120 secondes pour faire connaître ses produits et services par l’intermédiaire d’un kiosque. L’évènement, animée par le comédien shawiniganais Rémi-Pierre Paquin, se poursuivait dans le cadre d’un 5 à 7 où les finissants rencontraient les entreprises et déposaient leur candidature. «Nous sommes dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, note Catherine Parissier, vice-rectrice Études et formation à l’UQTR. Il y a baisse de la clientèle étudiante dans ce secteur et des besoins grandissants chez les entreprises. Ce qui fait que les finissants ont maintenant une liberté de choix professionnel. Et les conditions salariales ne sont pas le seul facteur de décision, il y a l’environnement dynamique des milieux de travail qui jouent beaucoup.» PDG de Factora, une entreprise de Trois-Rivières, Charles-André Horth rêve du jour où les TI deviendra le branding de la région. «On viendra étudier et faire carrière en Mauricie», a-t-il lancé. Le secteur des TI est bien plus que les programmeurs auxquels on l’associe naturellement. Les besoins en main-d’œuvre sont variés, allant de designer numérique à analyste en  informatique en passant par gestionnaire de projets.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires