« Ils ne veulent pas rattraper le temps perdu »

Par superadmin
« Ils ne veulent pas rattraper le temps perdu »
Le maire par intérim Claude Lamirande était très ému lors de son entretien avec L'ÉCHO de Maskinongé

C’est un Claude Lamirande atterré, visiblement ému, déçu, que nous avons rencontré le mercredi 9 janvier, à l’Hôtel de Ville de Saint-Édouard, quelques instants à peine après qu’il ait remis sa lettre de démission à la directrice générale, Mme Annie Milot.

On connaît l’histoire (voir autre texte) concernant l’assemblée de la veille qui a regroupé plus de 175 personnes dans la grande salle de l’ex-école Notre-Dame, alors qu’il a été bombardé de questions et la cible de nombreuses remarques qui l’ont finalement amené à remettre sa démission, comme celle de deux autres conseillers, Yves Bellemare et Michel Trudel.

Ça ne suivait pas

« Ça a dégénéré jusqu’au bout. La directrice générale a appelé la Sûreté du Québec à 20h15 parce que ça brassait et la SQ ne s’est pas présentée… On se fait traiter d’incompétents, on accuse la directrice générale et son adjointe ne font rien; c’est inacceptable… Il est fort probable qu’il y aura des suites à la SQ… C’est dommage mais ça ne suivait pas. La situation a traîné trop longtemps et ils ne veulent pas rattraper le temps perdu… ». Voici des propos que nous livrait un Claude Lamirande ébranlé par les événements de la veille et par uns situation que l’on peut qualifier d’explosive. En mains, une copie de sa lettre de démission, qu’il nous a remise « En deux ans, on a fait beaucoup en ce qui concerne l’eau, les égouts qui vont se faire au printemps. On vient de louer un local à l’Âge d’or. Ce sont des gestes positifs. Mais quand ça ne veut pas suivre, il n’y a pas grand-chose à faire. ».

Qualifiant son expérience de « profitable mais aussi décevante », Claude Lamirande nous dit: « Je vais revenir au conseil comme citoyen et analyste. Je serai assis en avant de la table du conseil et ce sera à mon tour de poser des questions. »

La lettre de démission

La lettre de démission de M. Lamirande, datée du 9 janvier 2008 se lit comme suit: À qui de droit,

C’est avec beaucoup d’amertume et de regret que je vous remets ma démission comme maire par intérim et par le fait même celle de conseiller au siège no. 1 et ce, effective en date du 08/01/2008. En entrant dans le monde municipal en novembre 2006, j’ai pensé faire bouger les choses un peu plus vite. C’est en travaillant avec les nouveaux conseillers, les changements de d.g. et de d.g. ajointe que j’ai commencé à me rendre compte que les conseillers restants et certains citoyens n’étaient pas prêts à une évolution trop rapide.

Par le fait même, je tiens à remercier les conseillers M. Yves Bellemare, M. Michel Trudel et M. André Vanasse qui étaient de l’ancien conseil et qui ont su s’adapter au changement proposé. M. Luc Bergeron avec qui j’ai aimé travailler et sans oublier la da d.g. Mme Annie Milot ainsi que la d.g. adjointe Mme Nadia Béland qui ont su faire preuve d’un sang froid exemplaire lors de la dernière séance publique après avoir essuyé plusieurs insultes de certains citoyens qui n’ont jamais su l’ouvrage qu’elles pouvaient effectuer dans la journée.

Je remercie aussi M. Denis Lafrenière (inspecteur municipal) et M. Dominic Marchand (Dir. des incendies) pour leurs loyaux services et bonne chance au nouveau conseil.

Merci, Claude Lamirande

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires