Environnement: le territoire se dote d’un outil de référence

Environnement: le territoire se dote d’un outil de référence
Julie Lemieux, directrice générale de la SADC de la MRC de Maskinongé, Karine Langlais, chargée de projet à la SADC de la MRC de Maskinongé et responsable de la réalisation du bilan environnemental et Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.

ENVIRONNEMENT.  La Société d’aide au développement des collectivités (SADC) de la MRC de Maskinongé a dévoilé, le 7 décembre dernier, la première phase du bilan environnemental de son territoire. Ce bilan a pour effet de dresser un portrait général de la situation dans la MRC de Maskinongé sur quatre principaux thèmes, soit la biodiversité, l’air, les sols et l’eau. Ce rapport fait l’état de la situation, démontre les grands enjeux et révèle des recommandations spécifiques sur lesquelles les acteurs influents du milieu devront se pencher. Si ce sont généralement les grandes villes qui se dotent d’un bilan semblable, cette fois la MRC de Maskinongé est pionnière parmi toutes les municipalités régionales de comté (MRC) de la province en faisant un premier pas de l’avant vers l’amélioration de son environnement. La MRC de Maskinongé s’est dotée, en 2011, d’une politique de développement durable et d’un plan d’action. Forte de son expertise par la mise en place de différents projets et plusieurs initiatives, c’est à ce moment que la SADC de la MRC de Maskinongé a été mandatée pour réaliser ce bilan environnemental. «La SADC est un outil de développement pour la MRC. Depuis 2009, on intègre le développement durable dans tous nos mandats. Les générations futures doivent pouvoir compter sur la même qualité de vie qu’on a. C’est à travers différentes initiatives de développement durable qu’on va pouvoir le faire. Il y a un lien direct avec la qualité de l’environnement et la santé de nos communautés. Lorsqu’un territoire prend conscience de ça, il participe activement à la qualité de vie des citoyens», explique Julie Lemieux, directrice générale de la SADC de la MRC de Maskinongé. Pour sa part, le préfet de la MRC de Maskinongé estime que la concertation et le dynamisme du milieu permettent au territoire d’avancer dans la bonne direction. «Le développement d’un territoire passe par le volet économique, social et environnemental. Beaucoup d’efforts sont à faire pour informer, sensibiliser et éduquer les citoyens, les élus, les entreprises et les agriculteurs. Cette sensibilisation passe par une meilleure connaissance des enjeux et c’est pourquoi la MRC a contribué financièrement à la hauteur de 24 335$ pour réaliser ce bilan environnemental», confie Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé. Bilan Ce bilan environnemental présente des constats et des recommandations sur lesquels les intervenants du territoire pourront se baser pour améliorer le milieu. «Le bilan est quand même positif. Nous sommes dans un environnement qui est en bonne condition. Ce document met en lumière des actions qui pourraient être réalisées autant au niveau de la MRC, des municipalités que pour le citoyen. De toute évidence, avec les changements qui nous entourent, on n’a pas le choix d’être alerte et de maintenir cette bonne qualité de l’environnement. Il faut se mettre tout le monde ensemble et se diriger dans la même direction», commente Karine Langlais, chargée de projet à la SADC et responsable de la réalisation du bilan environnemental, en précisant que toutes les municipalités de la région sont invitées à réaliser leur propre bilan environnemental et à prioriser des actions spécifiques pour leur milieu. Un outil précieux Ce nouveau document permettra de développer des outils de sensibilisation ciblés selon les thématiques abordées. Il servira également de référence lors du développement de projets environnementaux sur le territoire. Par exemple, la SADC travaille un projet concret avec la MRC au sujet des aménagements dans le parc industriel, suite à l’identification de la présence d’îlots de chaleur. De plus, la SADC de la MRC de Maskinongé travaille actuellement à bonifier ce bilan général en intégrant notamment des éléments sur la gestion des matières résiduelles et les gaz à effet de serre dans la région. Finalement, une campagne de sensibilisation mettant en lumière des ambassadeurs dans la protection de l’environnement sera lancée en 2018. Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires