École Marie-Immaculée: deux acheteurs se manifestent

École Marie-Immaculée: deux acheteurs se manifestent
L'école primaire Marie-Immaculée de Maskinongé est abandonnée depuis quatre ans. (Photo : Pier-Olivier Gagnon)

ÉDUCATION. L’école primaire Marie-Immaculée de Maskinongé pourrait bientôt changer de mains.

Le ministère de l’Éducation étudie deux propositions reçues au terme d’un appel d’offres public lancé en décembre dernier.

Comme le prévoit le Règlement sur les normes, les conditions et la procédure d’aliénation d’un immeuble d’une commission scolaire, de la Loi sur l’instruction publique, l’aliénation d’un bâtiment dont la valeur excède 100 000$ doit être effectuée par voie de soumissions publiques. Toutefois, si l’immeuble est enclavé, l’aliénation peut être faite par voie d’appel d’offres sur invitation auprès des propriétaires d’immeubles contigus ou si un seul propriétaire est concerné, de gré à gré.

En 2020, le Centre de services scolaire (CSS) du Chemin-du-Roy, propriétaire de l’établissement, avait offert le bâtiment à la Municipalité de Maskinongé ainsi qu’à des organisations publiques, mais personne n’avait manifesté de l’intérêt pour s’en porter acquéreur. Ainsi, le CSS avait demandé au ministère de l’Éducation de procéder à la vente par voie d’appel d’offres public. Le dossier a été soumis à la Société québécoise des infrastructures du Québec qui s’est chargée d’offrir publiquement l’immeuble localisé au 28 rue St-Joseph. Les personnes intéressées avaient jusqu’au 10 mars pour déposer une offre.

Au terme de ce processus, deux soumissionnaires ont présenté une proposition. La compagnie AXO construction a déposé une offre au montant de 7000$. La deuxième offre, déposée par Belal Zahabi, s’élève à 22 000$.

Actuellement, le bâtiment est évalué à 355 700$ et la valeur du terrain est de 56 000$, selon le rôle d’évaluation de la MRC de Maskinongé. «Comme les offres que nous avons reçues sont en dessous du prix de l’évaluation municipale, nous devons présenter un dossier au ministère de l’Éducation et c’est le ministère qui prendra la décision d’accepter ou de refuser l’une ou l’autre des offres», mentionne Anne-Marie Bellerose, coordonnatrice au Secrétariat général, communications et gestion documentaire du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy.

L’école Marie-Immaculée est complètement fermée depuis l’apparition de fissures sur les murs et les fondations du bâtiment, en février 2017. Des travaux estimés à 1,5 M$ auraient été nécessaires pour remettre à niveau le bâtiment, selon des études réalisées en 2018. Le Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy avait finalement choisi de se départir de l’édifice et du terrain, car le projet d’agrandissement de l’école St-Joseph, de l’autre côté de la rivière, permettrait d’accueillir l’ensemble des élèves de Maskinongé sous le même toit.

Le ministère devrait rendre une décision sur la vente de l’immeuble lors des prochaines semaines.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires