«Des mesures exceptionnelles pour des circonstances exceptionnelles»

Photo de Michel Scarpino
Par Michel Scarpino
«Des mesures exceptionnelles pour des circonstances exceptionnelles»
Le ministre François-Philippe Champagne et la présidente du Regroupement des Chambres de commerce de la Mauricie, Johanne Hinse. (Photo : Capture d'écran)

ÉCONOMIE. De nombreux élus et membres des Chambres de commerce de la Mauricie ont participé à un rendez-vous virtuel avec le Ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, François-Philippe Champagne qui a abordé certains aspects du dernier budget fédéral.

«C’est un budget qui s’inscrit dans la plus grande crise économique et sanitaire du siècle», a relevé M. Champagne en début de conférence, tout en insistant sur la croissance et la relance économique.

Il a retracé les mesures pour les travailleurs et l’emploi : «il y a encore 500 000 Canadiens et Canadiennes qui ont perdu leur emploi durant cette crise. Comment on remet tout ce monde-là au travail ?»

L’innovation, la science et la technologie

Un fonds de 8G$ servira à prendre un grand virage, dans un contexte de COVID-19 et de changements climatiques. «Des milliards vont être investis pour aider à la transformation industrielle et aussi pour réduire les gaz à effet de serre des grands émetteurs». La Mauricie et le Centre-du-Québec, avec ses entreprises axées en sciences et technologies, pourront tirer leur épingle du jeu dans l’investissement de 2G$ dans le Fonds stratégique pour l’innovation.

«J’étais content de voir cette semaine qu’en Mauricie, on parlait d’un groupe régional d’intelligence artificielle qui a été mis de l’avant par Groupé […] En Mauricie, on va se donner les moyens de réussir, parce que ça va avoir un impact très important pour les entreprises de chez nous», a remarqué M. Champagne.

Les travailleurs, les PME et l’emploi

François-Philippe Champagne a abordé la modification du système d’assurance emploi de même que la portion maladie de l’assurance emploi, qui sera bonifiée. «On va investir 1G$ pour 85 000 stages d’apprentissage pour intégrer le travail. Un peu le modèle allemand», annonce le ministre. Un programme de main-d’œuvre sectorielle pour aider des entreprises qui devront investir à mieux s’adapter à la réalité d’aujourd’hui.

En lien avec les programmes d’aide gouvernementaux, qui peuvent être perçus comme de la compétition pour des employeurs qui ont de la difficulté à recruter, M. Champagne a indiqué qu’il s’agit de mesures d’urgence et qu’on va graduellement sortir de ces programmes avec la reprise économique.

La subvention salariale d’urgence sera prolongée jusqu’en septembre. «La meilleure façon de sortir d’une crise est de s’assurer que les gens maintiennent leur lien d’emploi», croit le ministre.

Ottawa veut aussi venir en aide aux entreprises en lien avec les frais d’interchange, pour l’utilisation par les clients d’une carte de crédit.

Le programme canadien d’adoption du numérique sera aussi lancé. «On investit 4G$ pour s’assurer que les entreprises de chez nous fassent le virage digital […] il faut que nos entreprises chez nous, de la petite, à la moyenne, à la grande entreprise, fassent le virage digital. On entre vraiment dans le cœur de cet enjeu-là en mettant des sommes extraordinaires, c’est rare qu’on investisse autant», a lancé François-Philippe Champagne.

Gaz à effet de serre

Le député de Saint-Maurice-Champlain souligne que plusieurs entreprises mauriciennes oeuvrent en économie verte. «Chez nous, estime-t-il, on a déjà pris ce virage».

«On a un port, un aéroport, la foresterie, des projets de biomasse, des entreprises dans la biopharmaceutique, la bioproduction, dans l’électrification des transports. L’écosystème est là, tout ce qui nous reste affaires avec les différentes chambres de commerce, les entrepreneurs, c’est de dire : comment on peut prendre de l’expansion ? […] La seule voie, c’est dans une économie qui est décarbonisée».

Tourisme et culture

Une nouvelle mesure sera mise de l’avant pour s’assurer d’aider les entreprises qui oeuvrent dans le domaine de la culture, afin qu’elles puissent s’adapter aux nouvelles réalités, liée aux mesures sanitaires.

Train à grande fréquence, «par étapes»

L’échéance du dossier du train à grande fréquence préoccupe les chambres de commerce. «On reçoit avec beaucoup de joie les 500M$ (sur six ans) que vous avez annoncés, mais la communauté d’affaires de la Mauricie reste un peu perplexe, parce qu’on comprend qu’on vient de retarder d’environ six ans la mise en place du train à grande fréquence. Ça nous préoccupe beaucoup», fait savoir Johanne Hinse, présidente du Regroupement des Chambres de commerce de la Mauricie.

Rappelant que le projet inclut Trois-Rivières, le ministre a indiqué qu’on est passé du stade de projet à celui de la construction : «Alors qu’on vit la pire crise économique du siècle, on investit quand même un demi-milliard sur un projet qui en vaut quelques milliards. Je ne connais pas grand monde qui met un demi-milliard de dépôt, s’il n’a pas le goût d’acheter».

François-Philippe Champagne a fait savoir qu’on n’attendra pas encore six ans, mais qu’on «va y aller par étapes», en raison de la crise : «Le message, c’est qu’on avance».

En matière de relance de l’économie, il a conseillé aux gens d’affaires présents d’accélérer le virage vert ainsi que la digitalisation des entreprises.

«Je suis fier de voir qu’en Mauricie, on est avant-gardiste en se disant : c’est quoi l’intelligence artificielle pour les gens de chez nous et comment ça peut nous aider». Il a suggéré d’autres séances de travail pour discuter des programmes gouvernementaux disponibles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires