Des adolescents initiés à la cuisine

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Des adolescents initiés à la cuisine
Roxanne Lafrenière et Alexandre Yaworski, intervenants à la Maison de jeunes Au bout du monde. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

SAINT-PAULIN. La Maison de jeunes (MDJ) Au bout du monde a trouvé le bon moyen d’intéresser et de sensibiliser les adolescents à la saine alimentation.

Depuis un an, près d’une quinzaine de jeunes âgés entre 12 et 14 ans participent à des ateliers de cuisine dans les locaux de l’organisme à Saint-Paulin et à Saint-Alexis-des-Monts.

«C’est une activité qu’on fait une fois par mois dans chacune des deux municipalités après les classes. On sélectionne les recettes et on fait les achats. Les jeunes sont impliqués dans toutes les étapes de fabrication des repas. Ils apportent des plats de plastique et peuvent rapporter les mets préparés à la maison. On met de l’avant des recettes santé. On travaille beaucoup leur autonomie et leur capacité à cuisiner», explique Roxanne Lafrenière, intervenante à la Maison de jeunes Au bout du monde.

Avec un premier bilan positif, un intérêt marqué et des fonds toujours disponibles pour supporter le projet, un atelier supplémentaire par mois devrait être offert à Saint-Alexis et à Saint-Paulin pour la prochaine année.

Des adolescents de Saint-Paulin. Photo gracieuseté

«Nos participants découvrent les habiletés manuelles qui viennent avec la cuisine. Beaucoup de jeunes ont du plaisir à faire ça et ils gagnent en confiance», rapporte pour sa part Alexandre Yaworski, intervenant et responsable du projet Cuisine-Ados.

«On travaille beaucoup leur autonomie et leur capacité à cuisiner»

– Roxanne Lafrenière

Ce dernier a déjà une bonne base dans le domaine, lui qui a évolué par le passé au restaurant Le Sacristain de Trois-Rivières comme aide-cuisinier. Force est d’admettre que son expérience dans la cuisine facilite le déroulement de l’activité et le partage des connaissances.

«J’amène une belle variété dans ce qu’ils veulent cuisiner. Ce sont la plupart du temps des plats principaux et parfois des desserts. Je sélectionne des choses qu’ils connaissent, qu’ils aiment, mais aussi des recettes un peu moins connues et plus exploratoires. On travaille avec différents ingrédients et l’objectif c’est quand même d’avoir une belle diversité dans les plats préparés», confie-t-il.

«C’est certain qu’on leur fait découvrir des aliments avec lesquels ils n’ont pas l’habitude de travailler. On a parfois des jeunes plus conservateurs, donc c’est bien de leur faire découvrir de nouveaux aliments ou de nouvelles recettes», ajoute sa collègue.

Des adolescents de Saint-Alexis-des-Monts. Photo gracieuseté

Projet fructueux

Cuisine-Ados représente le plus important projet de cuisine réalisé jusqu’à ce jour au sein de cette maison de jeunes. Les résultats sont d’ailleurs étonnants, avouent les intervenants.

«Les jeunes sont enthousiastes et veulent apprendre. On sait que c’est quelque chose qui est apprécié. Ils sont bons! En plus, ça répond à un besoin dans notre communauté», note Mme Lafrenière.

Parallèlement à ce projet, la Maison de jeunes Au bout du monde est aussi bien présente dans son milieu lors de différentes activités en offrant le service de casse-croûte et elle collabore aussi régulièrement avec le service de popote roulante du Centre d’action bénévole de la MRC de Maskinongé.

Dans le cadre du projet Cuisine-Ados, l’organisme jeunesse a bénéficié d’un soutien financier de 3000 $ de la Fondation Desjardins.

Le saviez-vous?

Près de 150 jeunes âgés entre 12 et 18 ans fréquentent la Maison de jeunes Au bout du monde de Saint-Paulin et de Saint-Alexis-des-Monts. Chaque mois, les intervenants organisent des activités selon des thèmes choisis.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des