Des actions demandées pour protéger l’eau potable et traiter les eaux usées

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Des actions demandées pour protéger l’eau potable et traiter les eaux usées
(Photo TC Media - Archives)

Le 10 juin dernier, la présidente de l’Association du Parti Québécois de Maskinongé, Nicole Morin, a déposé une demande, entérinée par tous les membres de l’exécutif, au bureau du député, Simon Allaire, au nom de tous les citoyens du comté.

L’Association du Parti Québécois de Maskinongé réclame au gouvernement du Québec de prendre action afin de cesser tout déversement des eaux usées sur le territoire du comté provenant des villes et municipalités utilisant cette latitude au détriment de la population et de la qualité de notre eau.

Le programme d’aide gouvernementale, Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU), annoncé il y a quatre ans, consistait à remédier à la situation d’ici 2020, mais n’a pas eu la portée attendue. Maintes villes et municipalités n’ont entrepris en 2018 aucune démarche pour se conformer au règlement. Stipulons ici que le programme FEPTEU est maintenant fermé et il n’est plus possible d’y soumettre une demande d’aide financière.

Il est donc demandé par l’Association que le gouvernement du Québec d’accélérer la mise en place d’un nouveau programme (semblable au FEPTEU) permettant aux villes et municipalités du comté, par la voie de subventions importantes, de se prémunir de nouveaux systèmes, de moderniser et rénover des systèmes existants de traitement des eaux, la mise en place ou la remise en état de l’infrastructure liée à l’eau potable, aux eaux usées et à l’eau de pluie, ainsi que la planification et la conception des futures installations et/ou systèmes et mises à niveau des réseaux existants et la création de nouveaux réseaux d’aqueducs et d’égouts, si tel est le besoin.

L’Association revendique qu’il est prioritaire de subventionner les municipalités qui se retrouvent avec des secteurs où des immeubles et/ou résidences qui déversent directement dans un cours d’eau, lac, fleuve, etc. sans aucun traitement de ces eaux usées (telles que la Ville de Louiseville et de ses habitations de la rue Royale qui déversent directement dans la Rivière du Loup). De même, pour celles qui, aux fins de construction et d’extension de nouveaux systèmes d’égouts, d’aqueducs et de traitement d’eau, désirent accroître leur potentiel économique.

Puisqu’il y a eu 62 000 déversements au Québec en 2017 selon la page de « Eau Secours », l’Association demande que le gouvernement actuel prenne position fermement dans ce dossier. Les villes et municipalités du comté doivent se conformer au règlement et se doter de systèmes performants pour le traitement des eaux usées par une accélération des investissements municipaux à court terme, tout en appuyant la mise en place ou la remise en état de l’infrastructure liée à l’eau potable, aux eaux usées et à l’eau de pluie, ainsi que la planification et la conception des futures installations et/ou systèmes et mises à niveau des réseaux existants pour, finalement, atteindre l’objectif ultime : la protection de notre eau potable et de notre environnement.

Tous les membres de l’exécutif du comité de l’Association du Parti Québécois de Maskinongé appuient cette requête et demandent au gouvernement du Québec d’agir dans l’intérêt de ses citoyens et des générations futures.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des