Débat électoral sur le vieillissement à domicile : les candidats de la Mauricie partagent leur vision

Par Audrey Leblanc
Débat électoral sur le vieillissement à domicile : les candidats de la Mauricie partagent leur vision
Capture d'écran du débat diffusé en direct sur le réseau social Facebook. (Photo : (Photo capture d'écran))

En vue des élections du 3 octobre prochain, les entreprises d’économie sociale en aide à domicile (EÉSAD) de la Mauricie ont convié les candidats de la région des 5 principaux partis politiques à un débat électoral sur l’enjeu du vieillissement à domicile.

L’événement a eu lieu le 13 septembre en soirée à l’hôtel Delta. Dans une formule privilégiant les tours de parole plutôt que la confrontation, les thèmes qui ont été abordés lors de ce débat étaient teintés des réalités urbaines et rurales de la Mauricie. Voici ce que les candidats avaient à dire. 

Le logement

Dans un contexte de crise du logement et de surenchère des loyers, quel est votre plan pour offrir un milieu de vie abordable aux aînés?  

PQ – Laurent Vézina : On veut investir 2,7 milliards $ pour garder les gens à domicile. On veut tripler l’offre de soins à domicile et construire des logements sociaux.

PLQ – Alexandra M. Veilleux : On veut mettre de l’argent dans les soins à domicile au lieu de mettre de l’argent dans le béton. On veut financer davantage les organismes communautaires et on veut offrir 2000 $ par année par aîné de 70 ans et plus. 

CAQ – Simon Allaire : On a posé des gestes concrets pour sécuriser les milieux de vie. On a mis en place des mesures pour freiner la fermeture des résidences. On propose également 12 000 nouveaux logements abordables. 

QS – Steven Roy Cullen : Lancer un vaste chantier pour 25 000 logements sociaux (1200 en Mauricie). Mettre en place un registre national des loyers et développer un modèle d’économie sociale pour les RPA.

PCQ – Pierre-David Tremblay : On veut maximiser l’aide aux personnes aînées. On propose de l’aide aux locataires et non au béton. 

Le vieillissement nécessite l’adaptation du domicile des aînés. Trop souvent, ils n’ont pas les ressources et l’argent pour entreprendre ces travaux. Quelles sont vos propositions?

PCQ – Karine Pépin : Mettre les bonnes ressources aux bons endroits et diminuer les délais d’attente pour l’obtention des soins. Le PCQ s’engage à désengorger tous les systèmes. On croit que le privé peut réduire les délais d’attente. 

PQ – Pascal Bastarache : On veut faire un virage à 180 degrés sur les soins à domicile, que le système s’adapte à nos besoins. On veut doubler les montants pour l’adaptation du domicile et encourager les familles à garder leurs aînés. Offrir des allocations jusqu’à 25 000 $ pour la transformation des maisons en maisons intergénérationnelles.

PLQ – Jérémy Leblanc : On veut donner 2000 $ aux aînés de 70 ans et plus, une aide récurrente.

CAQ – Simon Allaire : Plusieurs choses existent déjà, dont le crédit d’impôt pour le maintien à domicile. Il faut maintenant innover et faire plus. On veut mettre en place une enveloppe pour faire un maillage avec les chercheurs pour innover dans ce domaine. 

QS – Steven Roy Cullen : Mettre en place des mesures fiscales plus équitables pour donner plus de moyens aux aînés. On prévoit investir massivement dans les soins à domicile, ça veut dire plus de ressources comme des ergothérapeutes.

Question du public – Josée Gélinas de Shawinigan : Que feriez-vous avec le projet de construction de maisons des aînés?

QS – Steven Roy Cullen : On va arrêter le programme, terminer les constructions en cours, mais on ne va pas en faire d’autres.

PCQ – Pierre-David Tremblay : On n’a pas l’intention d’investir davantage dans le béton.

PQ – Pascal Bastarache : On arrête ça, c’est un déficit sans fond. Un million $ par porte, ça n’a aucun sens. On veut investir dans nos travailleurs de la santé et les soins à domicile.

PLQ – Alexandra M. Veilleux : On va terminer la construction des maisons en cours et rediriger ensuite les sous vers les soins à domicile.  

CAQ – Simon Allaire : On poursuit le projet. On y croit beaucoup. Il y a 43 chantiers en cours. On est sur la bonne voie. 

Les finances personnelles

Dans un contexte de pénurie de main-d’oeuvre où les aînés font partie de la solution, quelles sont les mesures incitatives que vous proposez pour la rétention, le retour au travail ou le report de la retraite? 

CAQ – Jean Boulet : Améliorer les conditions de travail. On va offrir des subventions pour permettre aux employeurs de s’adapter et des incitatifs fiscaux pour les personnes qui font un retour au travail. On va aussi miser sur la formation.

QS – Simon Piotte : Offrir de meilleures conditions de travail. Traiter le personnel avec respect, c’est la clé. Il faut des conditions de travail qui respectent l’humain.

PCQ – Steve Massicotte : On veut augmenter le crédit d’impôt pour les travailleurs aînés.

PQ – Dominique Gélinas : Lever les barrières fiscales qui dissuadent les aînés de prolonger leur carrière. Les 50 000 $ premiers dollars de revenus ne seraient pas imposés, notamment. On veut ramener 150 000 personnes au travail d’ici 2030.

PLQ – Jérémy Leblanc : Couper les cotisations au RRQ, aide financière de 2000 $ par aîné pour les 70 ans et plus, notamment. Ce sont des mesures ciblées et chiffrées qui auront un réel impact. 

Avec moins de 2000 $ de revenus mensuels incluant la pension de vieillesse et la sécurité de revenu, une grande majorité d’aînés doit faire des sacrifices. Certains besoins essentiels ne sont pas comblés. Quelles sont vos propositions pour qu’ils puissent vieillir dignement à domicile?

PLQ – Adams Tekougoum : Une allocation de 2 000 $ par aîné, améliorer l’offre de soins à domicile et de transport, notamment. 

CAQ – Jean Boulet : On propose une réduction des impôts, ça remet de l’argent dans les poches des gens. On propose aussi une augmentation des tarifs publics plafonnée à 3 %, ce qui comprend notamment l’immatriculation. 

QS – Steven Roy Cullen : Doubler le crédit d’impôt à la solidarité, éliminer la TVQ sur les biens essentiels, financer adéquatement les organismes communautaires et instaurer une assurance dentaire et une assurance médicaments universelles et publiques.

PCQ – Pierre-David Tremblay : Protéger le pouvoir d’achat. On parle de baisse d’impôts et de taxes. On demande la suspension des taxes sur l’essence. On parle de transport collectif gratuit et de crédit d’impôt pour les gens d’expérience, notamment. 

PQ – Laurent Vézina : Créer une nouvelle allocation de pouvoir d’achat pour les aînés, accorder un rabais d’imposition dans certains cas et bonifier le régime des rentes, notamment. 

Dans un contexte inflationniste où les revenus des aînés n’augmentent pas au même rythme que le coût de la vie, l’accès à une saine alimentation est compromis. Que comptez-vous faire?

PQ – Laurent Vézina : Multiplier les points de cueillette des aliments. Il faut un rabais sur l’alimentation pour les aînés.

PLQ – Jérémy Leblanc : Geler les tarifs d’Hydro-Québec. Enlever la TVQ sur les produits essentiels et l’allocation de 2000 $ par aîné. 

CAQ – Jean Boulet : On va investir 20 M$ pour compléter les infrastructures d’entreposage des banques alimentaires, ce qui permettra notamment d’acheter des frigos et avoir une meilleure congélation des produits. Il faut s’assurer que les organismes puissent aider chaque personne.

QS – France Lavigne : L’augmentation des revenus et détaxer les produits essentiels. 

PCQ – Pierre-David Tremblay : Une baisse de taxes et d’impôts. Investir dans nos organismes. Cesser les subventions aux grandes compagnies et financer nos programmes sociaux. Exploiter nos ressources naturelles.

Question du public – Nicole Poirier de Trois-Rivières : Que proposez-vous afin de rendre les conditions de travail attractives et s’assurer de la survie et du développement des organisations partenaires de l’État dans un souci de continuum de services de qualité?

PCQ – Pierre-David Tremblay : Ça passe par l’aide du privé. Il faut faire appel aux forces présentes parce qu’on est en pénurie de main-d’oeuvre. Il faut des réductions de délais, numériser le système et augmenter l’offre de services des médecins.

PQ – Dominique Gélinas : On veut miser sur le milieu communautaire, faire en sorte que les salaires soient équivalents au réseau public. On veut augmenter le financement de base pour la rétention du personnel pour éviter que les gens quittent vers le privé.

PLQ – Adams Tekougoum : Augmenter le nombre de médecins en formation, former plus d’infirmières spécialisées. On mise sur l’interdisciplinarité dans les soins. Financer les organismes communautaires. 

CAQ – Jean Boulet : Le financement à la mission des organismes communautaires. On a respecté nos engagements envers les organismes communautaires. 

QS – Simon Piotte : Le financement à la mission des organismes et une allocation directe aux proches aidants.

La sécurité 

Les deux dernières années nous ont permis de constater chez certains aînés que l’isolement peut créer une grande vulnérabilité et fragilité. Comment comptez-vous permettre à ceux qui font le choix de vivre à domicile de le faire en toute sécurité?

QS – France Lavigne : Miser sur les soins à domicile et offrir une aide financière aux proches aidants. Mieux financer les organismes. 

PCQ – Karine Pépin : Promouvoir les organismes et les ressources déjà existantes. Bonifier le programme des proches aidants. 

PQ – Pascal Bastarache : Des investissements dans les services à domicile. Investir dans les organismes communautaires, on propose 420 M$ récurrents pour le financement à la mission. Créer un poste de Protecteur des aînés.

PLQ – Adams Tekougoum : Des millions $ supplémentaires pour les organismes communautaires et déployer des unités de soins intensifs à domicile. 

CAQ – Simon Allaire : On a amorcé le changement avec l’embauche de personnel, un plan d’action pour les proches aidants et de l’argent pour les soins à domicile. Ça prend un réseau plus performant et plus humain et on est dans la bonne direction.

Question du public – Évelyne Maurice de Saint-Étienne-des-Grès : Sur bien des territoires, il n’est pas permis de construire des maisons bigénérationnelles. Souvent, la modification des maisons unifamiliales en maisons bigénérationnelles n’est pas permise. Qu’avez-vous l’intention de faire pour que cette situation soit améliorée, voire complètement changée?

CAQ – Simon Allaire : On doit s’y attarder. On souhaite que les gens restent en région et aller de l’avant avec cette solution. On faudra soutenir des projets qui vont dans ce sens. 

QS – Steven Roy Cullen : On est favorable à l’idée de faciliter la modification. On veut soutenir les villes dans cette modification pour permettre aussi des minimaisons.

PCQ – Pierre-David Tremblay : Intervenir afin de rendre moins contraignantes les règles et revoir toute la question de l’aménagement des territoires.

PQ – Laurent Vézina : On va travailler pour que les gens soient en mesure de transformer leur maison en bigénération.

PLQ – Alexandra M. Veilleux : On propose des incitatifs pour transformer les maisons en bigénérationelles. On veut revoir complètement les lois sur les municipalités. On veut que les lois se décident en région. 

Le transport

Dans les zones rurales, le transport adapté n’arrive pas à répondre à la demande adéquatement. Comment s’assurer que tous les aînés aient accès aux services de premières et deuxièmes lignes dans les grands centres?

PLQ – Adams Tekougoum : Nous privilégions les soins à domicile. Donner le financement aux municipalités pour améliorer transport en commun et adapté.

CAQ – Simon Allaire : Une plateforme pour diriger le patient vers le bon professionnel en réduisant le temps d’attente. 

QS – Simon Piotte : Faire vrai de tri avec le 811 pour éviter des déplacements inutiles vers les établissements hospitaliers. Financement massif dans les CLSC pour des services de première ligne. Investir massivement dans les transports en commun, les rendre accessibles, gratuits et constants.

PCQ – Steve Massicotte : Bonifier l’offre de soins à domicile pour se déplacer le moins possible. Bonifier le minibus adapté, les taxis adaptés et l’offre de covoiturage. 

PQ – Alexandre Litalien : Réduire les déplacements des usagers à la source. Bonifier l’offre de transport adapté et faciliter le travail des proches aidants. 

Bien que ce soit une responsabilité municipale, comment votre gouvernement pourrait-il faire en sorte que la mobilité des aînés soit au centre des priorités du développement des réseaux de transport collectif?

PQ – Alexandre Litalien : Un transport en commun bonifié. Rendre le transport en commun accessible et abordable. 

PLQ – Alexandra M. Veilleux : On s’engage à rendre gratuit le transport en commun pour les 65 ans et plus. 

CAQ – Simon Allaire : On a mis en place un programme d’aide pour le transport collectif. On invite les gens à contacter les MRC et les organisations en transport collectif pour en bénéficier. 

QS – France Lavigne : Mieux soutenir les organismes communautaires qui font du transport. On veut lancer un grand chantier de transport collectif. 

PCQ – Steve Massicotte : On préconise le transport interrégional et on veut travailler à développer ça.

La santé 

Question du public – Océane Bergeron, étudiante au Cégep de Trois-Rivières : Comment et où allez-vous trouver les milliers de nouveaux professionnels de la santé à former compte tenu du fait qu’il y a un manque de main-d’oeuvre partout?

PCQ – Pierre-David Tremblay : En décloisonnant les responsabilités et être capable d’en demander un peu plus. C’est une question de dignité et qualité de vie. 

PQ – Pascal Bastarache : Respecter les travailleurs de la santé, ce serait un minimum. Respecter notre monde pour donner des soins de qualité.

PLQ – Adams Tekougoum : Fin du temps supplémentaire obligatoire, accélérer le processus d’embauche pour les travailleurs qualifiés étrangers et reconnaître les acquis des travailleurs étrangers.

CAQ – Jean Boulet : Amélioer les conditions de travail et offrir plus de formation.

QS – Simon Piotte : Traiter le personnel avec respect. Ne pas les surcharger. Miser sur l’immigration en région et la reconnaissance des diplômes des personnes qu’on accueille. Un crédit d’impôt pour le prolongement de carrière. 

Dans les milieux ruraux, la difficulté d’accès à des services de santé de proximité adéquats provoque l’exode des personnes aînées vers les grands centres. Comment faire pour que les services soient accessibles facilement, peu importe le lieu de résidence?

QS – Marjolaine Trottier : On est convaincu que la solution passe par les CLSC 24/7 et une offre de services à domicile. Mettre fin à la privatisation dans le soutien à domicile. Doubler l’offre de services pour les soins à domicile. Bonfier l’aide aux organismes communautaires. 

PCQ – Karine Pépin : Décentralisation du système et mettre des ports d’attache pour offrir des soins dans un délai raisonnable. 

PQ – Dominique Gélinas : Une révolution vers les soins à domicile. Abandonner le modèle de maisons des aînés. Investissement récurrent pour les soins à domicile et pour les organismes qui oeuvrent dans le domaine. 

PLQ – Jérémy Leblanc : Plus de pouvoir aux régions pour un modèle sur mesure pour les régions. Asseoir les acteurs du milieu pour décider de ce qui est le mieux. Moins de mur à mur et plus de sur mesure. 

CAQ – Jean Boulet : Les problèmes d’accessibilité découlent du manque de main-d’oeuvre. C’est pour ça qu’on mise sur le recrutement et la formation. On va intensifier les efforts déjà déployés. Ça passe par de meilleures conditions de travail, notamment.

Quelle serait votre vision d’une saine proche aidance?

CAQ – Simon Allaire : On est le premier gouvernement a avoir nommé un ministre des proches aidant et déposé un plan – entre autres, le partage de l’information et la reconnaissance de leur apport. On a une approche de collaboration avec eux pour aider les gens qui en ont besoin. 

QS – Marjolaine Trottier : Les proches aidants ont besoin de soutien financier et de répit. On propose 360 M$ par année qu’on va investir pour les proches aidants. 

PCQ –  Pierre-David Tremblay : Bonifier le crédit d’impôt pour les proches aidants, maximiser et utiliser les ressources privées pour aider les proches aidants. 

PQ – Dominique Gélinas : Notre virage vers les soins à domicile va faire baisser la pression sur les proches aidants. Financer les organismes et adapter le crédit d’impôt à la réalité de tous les proches aidants. 

PLQ – Alexandra M. Veilleux : Ça prend du répit, du soutien pour les proches aidants. Plus de financement à la mission des organismes.  

Quel est votre engagement pour que les personnes puissent avoir les heures de services à domicile nécessaires pour demeurer chez elles le plus longtemps possible?

PLQ – Adams Tekougoum : Bonifier l’aide financière des organismes communautaires. Privilégier les aînés sur la liste d’attente pour avoir un médecin de famille. 

CAQ – Jean Boulet : Nous allons investir 900 M$ pour répondre au souhait des aînés de rester à la maison le plus longtemps possible. On a augmenté le financement à la mission des organismes de façon historique. On va encourager les innovations pour des pratiques nouvelles pour les soins à domicile. Moderniser le réseau d’hébergement. 

QS – Marjolaine Trottier : Le but, c’est d’offrir des services à domicile publics et gratuits. Les soins doivent être accessibles à tous. On mise sur la complémentarité entre organismes et les CLSC. 

PCQ – Steve Massicotte : Bonifier le programme pour un meilleur accès aux soins à domicile. Alléger les tâches administratives des travailleurs pour redonner les heures aux patients.

PQ – Pascal Bastarache : On doit investir dans le soutien à domicile. On doit comme société donner le coup de barre qu’on a besoin. On veut des services adaptés à chaque personne. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires