Yves Perron et son équipe, en service 7 jours sur 7

Photo de Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Yves Perron et son équipe, en service 7 jours sur 7
Yves Perron, député de Berthier-Maskinongé. (Photo : Mélanie Provencher)

COVID-19. Yves Perron, député fédéral et porte-parole en matière d’agriculture, agroalimentaire et gestion de l’offre, réitère son appui aux citoyens de Berthier-Maskinongé.

Afin de répondre à la demande de la population vivant les répercussions de la crise liée au coronavirus, lui et son équipe seront disponibles les fins de semaine également. Il se dit par ailleurs satisfait de la réponse du gouvernement en matière de gestion d’entrée sur le territoire dans le dossier des travailleurs étrangers temporaires (TET), et assure sa collaboration pour l’adoption des mesures de soutien annoncées par le gouvernement.

Dans le but de mieux répondre aux demandes citoyennes en lien avec les répercussions de la pandémie au coronavirus, le député de Berthier-Maskinongé a pris la décision de prolonger les heures d’ouverture de son bureau de Louiseville.

Ainsi, en plus des heures d’ouverture régulières, M. Perron et son équipe seront disponibles par téléphone et courriel les fins de semaine également, à partir de ce samedi, 21 mars.

«Effectivement, nous observons un besoin dans la population, que ce soit pour répondre aux questions liées aux mesures d’aide annoncées par le gouvernement fédéral, ou simplement pour rassurer les citoyens.»

Rappelons qu’il est fortement recommandé aux citoyens de communiquer avec le député par téléphone, messagerie ou par le biais de sa page Facebook.

«Je demande aux citoyens de ne pas se présenter au bureau de Louiseville, mais bien d’entrer en contact avec nous par téléphone et par messagerie. Il est important de suivre les recommandations de la santé publique et de demeurer à la maison le plus possible.»

Par ailleurs, Yves Perron se dit satisfait de la réponse du gouvernement concernant le dossier des travailleurs étrangers temporaires et leur accès en sol québécois: «Il était impératif de protéger la saison de production de nos agriculteurs. Ils représentent les assises de notre chaîne de production alimentaire.»

En effet, suite à l’annonce du premier ministre Trudeau de fermer les frontières, l’Union des producteurs agricoles avait sonné l’alarme afin de permettre l’accès aux quelques 16 000 TET, main d’oeuvre essentielle aux secteurs horticole et de transformation: «Je suis heureux de l’entente qui est survenue, et surtout que la sécurité alimentaire de nos citoyens soit protégée», soutient M. Perron.

Concernant les mesures de soutien annoncées par le gouvernement fédéral, le Bloc Québécois souhaite un retour en Chambre le plus rapidement possible, et assure le gouvernement de sa collaboration pour l’adoption de ces mesures.

«La population doit suivre les directives à la lettre afin de limiter la propagation du virus. De notre côté, nous assurons notre collaboration pour mettre les mesures de soutien en place le plus rapidement possible. », conclut Yves Perron.

Pour rejoindre le bureau du député: 819-228-1210 ou 1-866-311-1210, ou via l’adresse suivante: yves.perron@parl.gc.ca ou sur la messagerie de la page Facebook du député.

Source: Bureau du député fédéral, Yves Perron.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
lucie dionne
lucie dionne
8 mois

Projet Covid-19 Mesure pour les commerces

lucie dionne
lucie dionne
8 mois

PROJET COVID-19 : COMMERCES

Mon point de vue est que les épiceries, pharmacies, restaurants et tout autre établissement public offrant des fournitures alimentaires, médicales ou autres ferment leurs portes à leur clientèle habituelle. Ceci protégerait les employés et les clients de tout contact les mettant en danger de contracter la Covid-19.

Il faudrait réorganiser toute la dynamique de nos commerces, fermer les caisses accepter uniquement les commandes téléphoniques ou en ligne, paiements par carte de crédit ou virements bancaires. La commande pourrait être récupérer par le client ou par livraison (1).

Les caissières pourraient préparer les commandes et délaisser leurs caisses. Les commis au lieu de placer les fournitures sur les tablettes, recevraient les commandes des fournisseurs et selon la configuration des entrepôts faire des îlots des produits pour faciliter l’exécution des commandes.

Et finalement une autre équipe serait chargée de déposer la commande dans la voiture du client ou du bénévole (1) qui aurait préalablement été avisé par haut parleur que la commande pour l’adresse du client, de s’avancer vers la porte d’entrée et d’ouvrir le coffre tout en restant dans sa voiture. Le commis devrait être protégé par un masque et des gants tout comme l’ensemble des employés.

(1) Par ailleurs, toutes les personnes sans symptôme de la Covid-19 qui se retrouvent confinées suite à une mise à pied et qui ne doivent pas rester chez eux pour prendre soin de leurs enfants et possédant une voiture à offrir du temps pour effectuer les livraisons des épiceries, pharmacies, restaurants de leur quartier aux domiciles des clients en laissant les articles devant les résidences.