La COVID-19 coûtera moins de 100 000$ à la Ville de Louiseville

La COVID-19 coûtera moins de 100 000$ à la Ville de Louiseville
(Photo : Pier-Olivier Gagnon)

FINANCES. Pendant que les gouvernements se concentrent sur la gestion de la pandémie de la COVID-19 et sur le retour à la vie «normale», les municipalités de la région subissent, à différents degrés, les contrecoups de cette crise.

À Louiseville, par exemple, la pandémie a entraîné des dépenses supplémentaires, des pertes de revenus, mais également des économies. «C’est difficile présentement d’évaluer l’impact. Les gestionnaires dans d’autres municipalités à travers le Québec estiment les pertes financières à environ 1 à 2% de leur budget. Nous, à Louiseville, selon la tendance qui se dessine, on estime qu’il pourrait ne pas y avoir un grand impact financier. On pense qu’il sera inférieur à 1%, soit en bas de la moyenne», avance Yvon Douville, directeur général.

Les coûts liés à la COVID-19 ne devraient pas excéder 100 000$, selon l’administration municipale. «On pense qu’on sera plus près du 0 que du 1% de notre budget. Il s’élève pour l’année 2020 à 11 875 532$», précise-t-il.

La Ville reconnait tout de même qu’elle a dû délier les cordons de la bourse pour certaines dépenses imprévues, notamment pour l’acquisition de matériel de protection et de produits désinfectants. Elle a également investi dans la création d’une plateforme transactionnelle pour les commerçants locaux. Ce nouvel outil, dont le lancement est prévu dans les prochaines semaines, vise à soutenir les entreprises du territoire, à appuyer la relance économique et à faciliter l’achat local.

Des revenus en moins

En mars dernier, Louiseville avait éliminé temporairement le taux d’intérêt de 15 % sur tous les paiements de taxes en retard. Cette mesure avait pour but d’aider les citoyens qui se trouvaient dans une situation financière difficile pendant la période de confinement. Selon Yvon Douville, la grande majorité des contribuables ont acquitté leurs taxes dans les délais prescrits. «Les gens ont tendance à payer leurs taxes et c’est très bien. La mesure a aidé un certain nombre de personnes. Ça va faire baisser un peu nos revenus, mais c’était nécessaire de le faire pendant cette période-là», dit-il.

Toujours dans la colonne des revenus, la Ville de Louiseville doit éponger un manque à gagner de 20 000 $ à 30 000 $ en lien avec l’organisation de son camp de jour. Le nombre d’inscriptions a été limité à 44 enfants pour respecter les ratios exigés par la santé publique alors qu’à l’habitude, 112 enfants sont admis. Le camp de jour coûtera aussi plus cher afin que les consignes sanitaires soient scrupuleusement respectées.

Contrairement à d’autres villes, Louiseville n’a pas à sa charge un service de transport en commun et elle ne détient que très peu d’infrastructures où elle enregistre des pertes de revenus de location ou d’utilisation.

Avec l’annulation de certains événements estivaux, dont de la Fête nationale et les Jeudis centre-ville, le directeur général souligne que les sommes d’argent allouées à ces activités ont été réaffectées pour compenser les coûts liés à la COVID-19. «On a perdu à quelques endroits des revenus, mais on a eu des dépenses qui ont été coupées aussi. Dans l’ensemble, on s’en tire quand même bien», explique-t-il.

Une vision d’ensemble

La Ville de Louiseville se montre en plein contrôle de ses finances, elle qui a fait le choix d’aborder la pandémie avec une approche proactive. «On a congédié très peu d’employés municipaux. On a gardé nos gens en poste pour réaliser le maximum de travaux qu’on pouvait faire. C’était une occasion en or de rattraper du retard dans certains projets. Les gens qui ont été mis à pied, c’était vraiment par obligation. On parle entre autres de la brigadière scolaire et du préposé aux gymnases de l’école secondaire. On a décidé de faire nos investissements comme à l’habitude et on réalise nos projets. Ça nous a permis d’avoir une très bonne rétention de notre personnel pendant la période qu’on vient de traverser. Globalement, comme gestionnaire, je suis assez satisfait de nos actions et de voir la manière dont les choses se sont déroulées chez nous», confie M. Douville.

À ce moment-ci, la Ville de Louiseville ignore l’impact de la COVID-19 sur son prochain budget. «Il va forcément falloir mesurer cet impact et aussi voir à plus long terme. On aura l’occasion d’évaluer tout ça au fur et à mesure», laisse tomber le directeur général.

Jusqu’à maintenant, la Ville de Louiseville confirme qu’aucun cas positif de COVID-19 n’a été recensé parmi ses employés municipaux et ses élus.

 

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires