Bilan de session: des gains «historiques», dit Yves Perron

Photo de _L'Écho de Maskinongé
Par _L'Écho de Maskinongé
Bilan de session: des gains «historiques», dit Yves Perron
Yves Perron , député de Berthier-Maskinongé. (Photo : Bernard Thibodeau)

POLITIQUE. Yves Perron dresse un bilan de session extrêmement positif pour le Québec, au cours de laquelle le Bloc Québécois a fait des gains historiques et défendu la nation québécoise à Ottawa.

«Dans la dernière semaine uniquement, la Chambre a pris acte que le Québec pouvait s’inscrire dans la Constitution en tant que nation française, puis a voté en faveur de l’application de la Charte de la langue française aux entreprises sous juridiction fédérale. Ce sont deux gains importants pour le Québec à l’initiative du Bloc Québécois. Nous avons coupé les vivres au projet de commission pancanadienne des valeurs mobilières, auquel le Québec est vivement opposé depuis des décennies et nous avons permis l’adoption du projet de loi C-10 sur le soutien à la culture, pour lequel seuls le Québec et son milieu culturel étaient prêts à se battre. Le Bloc Québécois a fièrement défendu la nation québécoise, quotidiennement transformé l’ordre du jour à Ottawa et fait des gains dans les dossiers prioritaires du Québec», souligne le chef Yves-François Blanchet.

«Nous avons rallié la Chambre des communes en faveur d’une hausse de la pension de vieillesse de 110$ de tous les 65 ans et plus, contre la volonté du gouvernement de créer deux classes d’aînés. Nous avons également obtenu l’appui des parlementaires à notre projet de Loi d’Émilie Sansfaçon à la nécessité de faire passer les prestations de maladie de l’assurance-emploi à 50 semaines. Le gouvernement n’a pas encore plié, mais nous n’abandonnerons jamais ces combats», déclare pour sa part, Yves Perron.

Selon lui, le Bloc Québécois est intervenu à maintes reprises pour corriger les lacunes dans la gestion de la crise sanitaire, entre autres en exigeant la suspension des vols provenant de pays aux prises avec de nouveaux variants et l’interdiction de financer les quarantaines des touristes du temps des Fêtes aux frais des contribuables. «Nous étions là pour protéger la sécurité de la population, mais aussi pour l’aider à traverser la crise. Nous avons travaillé d’arrache-pied pour faire adapter les programmes fédéraux aux différents types de travailleurs du Québec, notamment les travailleurs autonomes, ainsi qu’aux différents modèles de PME. Nous avons également obtenu gain de cause afin que les compagnies aériennes remboursent leurs clients pour les vols annulés si elles veulent de l’aide à même les fonds publics. Évidemment, nous avons aussi protégé les contribuables en mettant fin à l’octroi gouvernemental de généreux contrats sans appel d’offres aux proches des libéraux, comme lors du scandale WE Charity», ajoute le député de Berthier-Maskinongé.

Agriculture et agroalimentaire

Yves Perron rappelle que l’appui du Bloc aux producteurs agricoles est indéfectible. «Nous en avons fait une condition de notre appui au budget, en plus de défendre un projet de loi mettant fin aux brèches dans la gestion de l’offre. Ce dossier est bien avancé et j’espère bien le faire cheminer encore!» précise-t-il.

Il a aussi coparrainé un projet de loi sur le transfert intergénérationnel des fermes qui a été adopté par le Sénat le 22 juin. «C’est un moment historique pour nos fermes et toutes nos entreprises familiales. Cela représente la fin d’une injustice fiscale et une belle preuve qu’on travaille pour améliorer la vie de notre monde. Je suis très heureux d’avoir apporté ma contribution à ce changement important.»

Yves Perron a aussi fait des pressions constantes afin qu’Ottawa règle le fiasco des travailleurs étrangers temporaires et a notamment obtenu que le fédéral retire à l’entreprise Switch Health la gestion des tests de dépistage.
Le député mentionne également qu’il travaille quotidiennement pour améliorer les choses dans l’industrie agroalimentaire, entre autres en réclamant une augmentation du pourcentage de travailleurs étrangers admissibles dans ce secteur. «La pénurie de main-d’oeuvre était déjà présente avant la crise et il faut aider nos entreprises. C’est aussi pour cette raison que nous avons tellement insisté auprès du gouvernement pour rendre la PCU incitative au travail», raconte-t-il.

M. Perron estime que le travail de sa formation politique donne des résultats concrets pour la circonscription de Berthier-Maskinongé. «Nos demandes pour qu’Ottawa transfère les sommes prévues pour le branchement Internet au gouvernement du Québec ont finalement porté fruit et l’échéance des branchements s’en trouve devancée. De plus, les pressions exercées avant le budget ont fait en sorte qu’un nouvel engagement a été pris envers les victimes de la pyrrhotite», souligne Yves Perron.

«En plus des nombreux cas de circonscription dans lesquels nous sommes intervenus, nous tentons de venir en soutien aux différents organismes de la circonscription dans la mesure de nos moyens. Chaque petit geste est important et notre équipe se veut présente et positive pour la circonscription», rapporte-t-il.

Le député mentionne aussi avoir des projets en cours qu’il a hâte de faire progresser. «J’ai entamé une mobilisation pour obtenir des actions concrètes du fédéral quant à l’érosion des berges et je veux poursuivre le travail pour que le fédéral appuie davantage les efforts de transformation régionale. Certains dossiers sont sur le long terme, mais on y travaille.»

Yves Perron est fier du travail accompli et est impatient de poursuivre le travail.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires