Bandelettes sous-urétrales: Québec remboursera les femmes

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Bandelettes sous-urétrales: Québec remboursera les femmes
Au cours des derniers mois, Cynthia Gagné (à l'avant plan) a accompagné des dizaines de Québécoises venues se faire opérer par le Dr Dionysios Veronikis à Saint-Louis, aux États-Unis. (Photo : Courtoisie Cynthia Gagné)

SANTÉ. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec remboursera finalement les 135 Québécoises qui se sont fait opérer depuis octobre 2018 aux États-Unis afin de procéder au retrait complet des bandelettes sous-urétrales implantées dans leur corps.       

Le ministre Christian Dubé en a fait l’annonce jeudi, soulignant que chacune des femmes recevra 22 500$. Le gouvernement du Québec souligne toutefois qu’à compter du 1er janvier, les Québécoises désirant se prévaloir de cette chirurgie devront se rendre dans l’un des centres d’expertise qui seront implantés dans la province.

Il s’agit d’une victoire partielle pour celle qui incarne ce combat depuis le début, Cynthia Gagné. La résidente de Saint-Boniface se dit heureuse de voir que les frais personnels engagés allaient être remboursés, d’autant plus qu’à l’origine, le ministère parlait d’assumer cette partie pour les interventions menées avant la mi-juin seulement.

Cynthia Gagné ne peut s’empêcher toutefois de s’inquiéter pour les Québécoises qui devront désormais subir cette chirurgie ici, alors que les urologues du réseau de la santé n’ont pas encore l’expertise de leurs homologues américains.

»Je crois que ce n’est pas équitable pour les femmes qui devront se faire opérer au Québec parce qu’elles n’ont pas d’argent pour aller aux États-Unis, estime-t-elle, ajoutant qu’elle cesserait désormais de faire du militantisme politique sur ce dossier. « J’ai tout fait ce que j’ai pu. On est parti de loin alors que lorsque j’ai témoigné dans le reportage d’Enquête en mars dernier, personne dans le réseau de la santé québécois ne nous croyait ». rappelle-t-elle.

Cynthia Gagné compte cependant maintenir le groupe Facebook qu’elle a créé et auquel plus de 900 femmes sont membres. « Je vais continuer à les soutenir, à les aider si elles veulent déposer une plainte au Collège des médecins, à les informer parce que je continuerai à colliger des informations sur ce dossier », promet-elle.

Conscient que des Québécoises demeurent sceptiques quant à l’expertise des médecins du réseau de la santé, le MSSS souligne dans son communiqué que « des urologues et des urogynécologues ont organisé un séminaire Web en lien avec le retrait complet des bandelettes sous-urétrales en présence de spécialistes américains et canadiens au cours des dernières semaines. De plus, des experts urologues et urogynécologues élaborent actuellement une planification de partage de connaissances avec des experts reconnus dans le domaine. »

À LIRE AUSSI:

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires