240 000$ pour encourager l’économie circulaire dans la région

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
240 000$ pour encourager l’économie circulaire dans la région
Lauréanne Daneau, directrice générale d’Environnement Mauricie, souligne que le maillage entre Le Trou du Diable et la Distillerie Mariana a permis aux entreprises de produire du gel désinfectant pendant la pandémie (Photo : Marie-Eve Alarie)

Environnement Mauricie a obtenu un une aide financière de RECYC-QUÉBEC de 240 000$ pour soutenir le projet Économie circulaire Mauricie + pour les trois prochaines années.

Cela permettra notamment de créer des cohortes d’entreprises en les réunissant autour d’enjeux similaires et d’augmenter le nombre d’activités et d’échanges de matières entre entreprises.

Déjà, le projet a contribué à l’adhésion de 34 entreprises souhaitant effectuer des maillages, ainsi que 12 nouveaux maillages réalisés entre entreprises. Depuis 2019, ces initiatives ont permis d’échanger 211 tonnes de matières, d’éviter 353 tonnes d’équivalents CO2 et de réaliser des économiques de 9925$.

Le but de l’économie circulaire est de valoriser des matières pour leur donner une deuxième ou une troisième vie et, ultimement, d’en retarder l’enfouissement.

«Ça contribue aussi à réinjecter dans la chaîne de production un produit qui représente une valeur pour une autre entreprise, indique Lauréanne Daneau, directrice générale d’Environnement Mauricie. En ce moment, on approche beaucoup les entreprises en abordant les profits et les économies qui peuvent être générés par l’économie circulaire. On remarque que beaucoup d’entre elles ont de la misère à chiffrer précisément combien ça leur coûte d’enfouir leurs déchets. Pourtant, ça représente des pertes pour l’entreprise.»

Il y a déjà de beaux exemples de maillages d’entreprises qui collaborent dans une optique d’économie circulaire dans la région. C’est notamment le cas du Trou du Diable, à Shawinigan, et de la Distillerie Mariana, à Louiseville, qui ont été mis en contact au début de la pandémie. Le Trou du Diable se retrouvait alors avec des cuves remplies de bière destinée au marché de la restauration et qui ne trouvait plus preneurs.

La collaboration avec la Distillerie Mariana a permis d’éviter un énorme gaspillage en transformant cette bière en gel désinfectant.

«Dès le début de la pandémie, on voulait garder nos employés au travail. On a bénéficié de l’accompagnement logistique et du maillage d’Économie circulaire Mauricie + pour nous accompagner avec la Distillerie Mariana. On a développé un procédé et le gel désinfectant a été distribué jusque dans les garderies. La pandémie nous a forcés à repenser notre économique. On s’est dit que c’était le temps de revoir nos procédés», explique Louis-Philippe Laroche, du Trou du Diable, en précisant avoir d’autres projets avec Économie circulaire Mauricie +.

«La clientèle est rendue là aussi. On la sent plus prête à s’associer à des entreprises qui font quelque chose pour l’environnement, constate-t-il. C’est un plus également pour la fierté des employés.»

De son côté, La Coop ETC à La Tuque récupère du bois, du textile et du matériel informatique pour les transformer, les remettre à neuf et les redistribuer dans la communauté. La remise en circulation de ces biens et matières permet ainsi de leur donner une seconde vie plutôt que de les retrouver à l’enfouissement.

«L’économie circulaire étant au cœur de nos activités quotidiennes depuis plus de 10 ans, adhérer au projet nous permet de nous joindre à une grande famille qui prône des valeurs identiques aux nôtres et de mettre en valeur un art que nous maîtrisons : le réemploi », précise Kate Parent, directrice générale de la Coop ETC.

Économie circulaire Mauricie + vise trois secteurs principaux, soit l’industrie du bois, le secteur agroalimentaire et le secteur manufacturier. D’ailleurs, une première activité visant l’industrie du bois sera organisée le 1er juin prochain.

Environnement Mauricie travaille également sur un recueil de bonnes pratiques exemplaires en matière d’économie circulaire dans la région afin d’inspirer d’autres entreprises à prendre le virage et à s’y intéresser. L’organisation aimerait recruter 30 entreprises de plus dans le projet Économie circulaire Mauricie + dans les prochains mois et réaliser plusieurs nouveaux maillages.

Ce soutien financier de RECYC-QUÉBEC s’inscrit dans le cadre de l’appel de propositions Transition vers l’économie circulaire qui découle du Plan d’action 2019-2024 de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires