1re édition de la Journée internationale des réserves de biosphère

Rédaction Écho de Maskinongé

1<sup>re</sup> édition de la Journée internationale des réserves de biosphère
Lac Saint-Pierre. (Photo : archives Marie-Ève Alarie)

YAMACHICHE.  Le 3 novembre prochain se tiendra la première édition de la Journée internationale des réserves de biosphère, une initiative de l’UNESCO. La Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre s’est associée au Biophare à Sorel-Tracy ainsi qu’au Musée de la Biodiversité à Bécancour pour lancer deux expositions.

L’objectif de cette journée est de rappeler chaque année l’approche du développement durable dans la vie moderne et le rôle prépondérant et exemplaire que le Réseau mondial des réserves de biosphère peut jouer à cet égard. Elle permettra également de mettre à l’avant-plan l’existence des 738 réserves de biosphère réparties dans 134 pays et de souligner le mandat important qu’elles accomplissent : maintenir une relation harmonieuse entre les humains et leur milieu naturel. 

Afin de souligner la première édition de la Journée internationale des réserves de biosphère et de mettre en valeur la beauté et la richesse de son territoire, l’équipe de la Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre s’est associée au Biophare ainsi qu’au Musée de la Biodiversité pour lancer deux initiatives. Les gens pourront donc, à partir du 3 novembre prochain, se rendre à ces deux institutions muséales pour en apprendre davantage sur l’initiative mondiale des réserves de biosphère et pour découvrir le territoire de leur réserve. 

« Notre région jouit d’une reconnaissance internationale grâce à la Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre. Nous invitons ainsi toute la population à se familiariser avec la biosphère grâce aux deux expositions qui seront lancées le 3 novembre prochain », mentionne Henri-Paul Normandin, nouveau président du Conseil d’administration du Comité ZIP du lac Saint-Pierre.

Au Musée de la biodiversité, c’est par le biais d’une exposition alliant photographies et informations éducatives que les visiteurs feront le tour du territoire de la Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre sans se déplacer. D’une MRC à l’autre, en passant par les Premières Nations, petits et grands pourront découvrir la diversité des secteurs d’activité et la richesse de la biodiversité qu’on y retrouve. 

« Le Musée de la biodiversité est fier de s’associer à cette initiative visant la reconnaissance des réserves de biosphère. Notre mission rejoint les mêmes objectifs, soit la mise en valeur et la conservation du patrimoine naturel. Le musée offre des activités en milieu naturel, des expositions ainsi que des ateliers dans le but de promouvoir, sensibiliser et éduquer les jeunes et les adultes à l’importance d’une saine cohabitation avec la nature et le règne animal », explique Carole Bellerose, directrice générale du Musée de la biodiversité.

L’activité exploratoire élaborée par l’équipe du Biophare, quant à elle, permettra à toute la famille d’acquérir une tonne de connaissances sur les différents milieux naturels qui les entourent à travers des jeux-questionnaires tout en images et une présentation visuelle. 

« Le Biophare vise, à travers la réalisation d’expositions et d’animations, à sensibiliser les gens au respect du patrimoine naturel et humain de la Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre. À l’occasion de cette journée, c’est avec plaisir que nous collaborons avec ces deux acteurs pour attirer l’attention de la population à la nécessité de conserver cet environnement exceptionnel », ajoute Anne-Marie Dulude, directrice générale du Biophare.   

Les activités seront disponibles pour plusieurs semaines et seront intégrées à la programmation régulière des deux musées. 

Une nouvelle image 

La Réserve mondiale de la Biosphère du lac Saint-Pierre (RMBLSP) en profitera également pour faire le lancement de sa nouvelle image de marque avec son logo mis au goût du jour. Représentant les principaux secteurs d’activité présents sur son territoire, ce logo met également en évidence le rôle de l’humain qui soutient et porte la réserve de biosphère par le biais de ses actions de conservation et de développement durable. La réserve se veut un lieu d’apprentissage et un milieu rassembleur qui met de l’avant la collaboration, la concertation, l’échange d’expertise, le partage de connaissance et l’action. C’est ce que souhaite instaurer l’équipe de la RMBLSP dans son nouveau mandat de gestionnaire. (SP)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires