1 929 patients en attente d’un médecin de famille dans la région

1 929 patients en attente d’un médecin de famille dans la région
Le taux de prise en charge des patients par des médecins de famille s'améliore dans la MRC de Maskinongé. (Photo : Photo Deposit Photos)

Réseau local de services de Maskinongé

SANTÉ. L’accessibilité à un médecin de famille s’est grandement améliorée lors des dernières années, mais encore bien des efforts restent à faire afin que les patients de la région inscrits sur la liste d’attente puissent se voir attribuer un médecin.

Alors que 67 % de la population québécoise était prise en charge par un médecin de famille en 2014, cette proportion atteint aujourd’hui 81,5 %. Ce sont près de 1 150 000 Québécois de plus qui ont accès un médecin et ce nombre ne cesse d’augmenter malgré une pénurie d’effectifs dans le milieu de la santé. Sur ce point, la Mauricie et le Centre-du-Québec s’en tirent relativement bien, car 88,8 % de la population est prise en charge par un médecin de famille.

Selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, la pénurie d’effectifs est estimée à environ 60 médecins sur le territoire desservi par le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ). N’empêche qu’en raison notamment de l’implication importante des médecins de famille de la région dans les soins offerts en milieu hospitalier, l’équilibre entre la demande de soins et la capacité d’y répondre demeure fragile, et ce, autant en établissement qu’en première ligne.

Des statistiques encourageantes

Le Réseau local de services de Maskinongé dessert 22 427 personnes et 2 197 d’entre elles sont sans médecin de famille, soit 110 personnes de plus qu’à pareille date l’an dernier. De ce nombre, 1 929 patients sont inscrits sur la liste d’attente, selon les données fournies par le CIUSSS MCQ. Le taux de prise en charge est de 90,2 % sur le territoire dépassant ainsi la cible du ministère de la Santé fixée à 85 %. «Pour beaucoup de régions du Québec, le défi c’est d’atteindre la cible de prise en charge. Nous, cet objectif est atteint. Dans Maskinongé, le taux de prise en charge est quand même excellent. Notre défi, c’est de maintenir cette prise en charge, en tenant compte du contexte migratoire des médecins et des départs à la retraite. On a aussi des défis en matière de recrutement qui ne sont pas uniques à la région», explique Guillaume Cliche, porte-parole du CIUSSS MCQ.

Recrutement

Pour la prochaine année, le Plan régional d’effectifs médicaux (PREM) permet au CIUSSS de recruter 33 nouveaux médecins pour l’ensemble de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Dans Maskinongé, quatre places sont disponibles. «On peut s’attendre à ce que les places soient comblées le printemps prochain dans le secteur de Maskinongé, car on réussit généralement à répondre aux besoins», indique M. Cliche.

Questionné sur l’attractivité de la région, Guillaume Cliche se limite à dire que le positionnement géographique de la Mauricie et du Centre-du-Québec favorise le recrutement de nouveaux médecins, mais que les intérêts propres à chaque candidat sont aussi des éléments à considérer. À la lumière des chiffres présentés, il n’est donc pas impossible que les patients en attente d’obtenir un médecin de famille reçoivent la lettre tant attendue au cours des prochains mois.

D’ici là, la clientèle orpheline est invitée à utiliser les plages horaires disponibles dans les cliniques sans rendez-vous à Saint-Paulin (mardi après-midi) et Saint-Alexis-des-Monts (jeudi après-midi) pour des problèmes de santé mineurs.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

1
COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Michel Gobeil Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Michel Gobeil
Invité
Michel Gobeil

« Des statistiques encourageantes » « 110 personnes de plus qu’à pareille date l’an dernier » (sur liste d’attente)
Ça serait quoi être découragé?
La prise en charge signifie seulement que le médecin a une case libre sur sa liste qui doit satisfaire à la loi de Monsieur Barrette. Une vaine espérance qu’un jour il aura le temps de nous donner un rendez-vous de notre vivant (et du sien aussi, bien sûr).