Opération Nez rouge: le défi de réduire le temps d’attente

Opération Nez rouge: le défi de réduire le temps d’attente

Marc Bellemare, coordonnateur de la Maison des jeunes de Louiseville L'Éveil jeunesse et responsable de la centrale secondaire d'Opération Nez rouge à Louiseville.

Crédit photo : Photo Marie-Eve Alarie

SÉCURITÉ. L’Opération Nez rouge de Trois-Rivières entamera sa 33e édition dès la fin du mois de novembre sous le thème «Ta meilleure idée de la soirée». Pour une quatrième année, Louiseville bénéficiera d’une centrale secondaire pour effectuer des raccompagnements.

L’un des grands enjeux pour les raccompagnements dans la MRC de Maskinongé est la réduction du temps d’attente.

«Le territoire est très grand, de sorte que le temps d’attente peut être plus long lorsque la personne se trouve à Saint-Alexis-des-Monts, par exemple. C’est certain que c’est un enjeu. On évalue le tout pour trouver une solution», explique Marc Bellemare, coordonnateur de la Maison des jeunes de Louiseville L’Éveil jeunesse et responsable de la centrale secondaire d’Opération Nez rouge à Louiseville.

L’application mobile d’Opération Nez rouge permet notamment de connaître le temps d’attente du service de raccompagnement.

Il n’est pas rare que des bénévoles de la centrale secondaire de Louiseville débordent du territoire de la MRC de Maskinongé pour effectuer leurs raccompagnement afin de désengorger d’autres centrales régionales.

«On est moins sollicité, mais notre route est plus longue. On travaille beaucoup ensemble pour éviter des transferts aux gens lorsque c’est possible. Les gens l’apprécient», note-t-il.

Bellemare souligne également que devenir bénévole pour Opération Nez rouge est une belle façon de créer des liens avec d’autres personnes dans la MRC.

«Ça a notamment permis à un de nos jeunes bénévoles de décrocher un emploi à la Ville de Louiseville pour les terrains de jeu. On a aussi de beaux témoignages de nos bénévoles. C’est gratifiant pour eux aussi. À l’inverse, on a également des témoignages de personnes qui nous disent, par exemple, que l’an passé, ils auraient dû appeler Opération Nez rouge pour un raccompagnement», raconte-t-il.

«Il faut continuer de sensibiliser les gens, même si l’attitude face à l’alcool au volant a beaucoup évolué. Ça reste tout de même l’une des principales causes d’accident sur la route, souligne Mélanie Perrier, de la Société d’assurance automobile du Québec. Cette année, avec la légalisation du cannabis, ça nous fait une préoccupation de plus, car il est aussi interdit de conduire avec les facultés affaiblies par la drogue.»

D’ailleurs, Opération Nez rouge mise également sur ce dernier point cette année dans le contexte de légalisation du cannabis.

Les fonds amassés lors des raccompagnements effectués par les bénévoles de la centrale secondaire de Louiseville seront remis la Maison des jeunes de Louiseville L’Éveil Jeunesse.

«Je fais partie des statistiques»

C’est Éric Myles, chef du sport au Comité olympique canadien, qui assure la présidence d’honneur de la campagne 2018 à Trois-Rivières. La mission d’Opération Nez rouge tient particulièrement à cœur à M. Myles. D’une part parce qu’il a contribué à sa mise en place auprès de la Fondation Les Amis des Estacades il y a 18 ans, mais aussi parce qu’il fait partie des statistiques.

«Opération Nez rouge sauve des vies. Je fais partie des statistiques. En novembre 1981, j’ai eu un grave accident. Ça a changé beaucoup de choses dans ma vie. J’ai notamment un bras qui n’est pas revenu à sa pleine capacité. Ce soir-là, j’aurais pu faire un choix différent. J’aurais aussi pu mourir. Ce soir-là, ça a pris deux heures pour me sortir de la voiture», confie-t-il.

Le formulaire d’inscription pour s’impliquer à titre de bénévole est disponible au www.operationnezrouge.com.

Dates d’opération

30 novembre, 1er-7-8-14-15-21 et 22 décembre

En 2017…

95

Raccompagnements à travers la MRC de Maskinongé

55

Bénévoles

Poster un Commentaire

avatar