Dernier tour pour Marie-Eve Nault

La Trifluvienne à l'aube d'une retraite bien méritée


Publié le 3 février 2017

La Trifluvienne à l'aube d'une retraite bien méritée

©Photo - Archives

ENTREVUE. Marie-Ève Nault vient de conclure sa dernière saison de soccer féminin en Suède. Maintenant retraitée et installée au poste de directrice générale du conseil d’administration du Centre régional d’entraînement et d’évènements de la Mauricie (CREEM), la Trifluvienne disputera un dernier match commémoratif ce samedi 4 février.

La jeune athlète avait déjà convenu qu'elle se retirerait au terme de sa dernière année de contrat avec avec la formation de KIF Örebro, de la Ligue Damallsvenskan, plus haute ligue en Europe.

«Le dernier match était très émotif. Je réalisais que ce serait terminé par la suite et je repensais à la fois à ma carrière. Je voulais profiter le plus possible de mes dernières minutes de jeu et on a gagné le match pour ajouter à mon plaisir», confie-t-elle.

L'athlète pourra disputer un dernier match non officiel avec Équipe Canada, ce samedi, à Vancouver. Une rencontre «Célébrations de la médaille de bronze» aura lieu face au Mexique. Melissa Tancredi et Rhian Wilskinson ont également annoncé leur retraite. La Trifluvienne n'oubliera jamais cette importante conquête en 2012.

«Les Jeux de Londres représentent le top de ma carrière, évidemment. D'abord, il y a eu le fait d'intégrer la formation suite à quelques blessures et ensuite de remporter la médaille de bronze. Un autre de mes plus beaux souvenirs, pas loin derrière, serait ma deuxième saison disputée en Suède. Nous avions terminé au deuxième rang et nous nous étions qualifiées pour la Ligue des Champions.»

«L'esprit d'équipe et la camaraderie avec les filles sur le terrain ou hors du terrain vont me manquer. Que l'on gagne ou que l'on perdre, on se crée des liens forts, des liens qui se tissent à travers le temps et à travers les épreuves», ajoute-t-elle.

Sa deuxième présence consécutive aux Jeux olympiques d'été avec Équipe Canada lui a valu une nomination dans la catégorie «Athlète féminine par excellence de niveau international» au Gala Sport-Hommage Mauricie, catégorie remportée par Andréanne Langlois, qui était également à Rio l'été dernier.

Et sa plus grande fierté?

«Je suis fière d'être toujours restée moi-même et d'avoir persévéré, même lorsque les gens ne donnaient pas cher de ma peau. Tout au long de ma carrière, j'ai toujours continué d'y croire et je me suis toujours battue pour faire ma place. Parfois, je suis entrée par la porte arrière, mais reste que j'ai réussi et j'ai vécu mon rêve.»

Nouveau projet

De retour en Mauricie, la Trifluvienne occupe désormais le poste de directrice générale de l’organisation du CREEM.

«J'aime vraiment mon poste et je suis heureuse de pouvoir continuer de travailler dans le domaine du sport avec les athlètes de la région. Je voulais redonner à la région qui m'a beaucoup donné et toujours appuyé. Mon rôle consiste à mobiliser les acteurs de différents milieux sportifs en Mauricie afin qu'ils coopèrent pour développer le sport. On va essayer d'innover et essayer d'offrir plus de services, que ce soit au sujet de la préparation physique ou mentale, ou encore à tout ce qui a trait à la nutrition», explique-t-elle.

Par contre, il ne faudrait pas croire que l'Olympienne fera une croix sur son sport.

«Je vais peut-être essayer de coacher, un peu. (rires). À quel niveau? Je ne sais pas. Sans nécessairement entraîner et ni assister l'équipe, j'aimerais peut-être revenir dans l'entourage des Patriotes (UQTR), seulement pour aider ou même conseiller. On verra, car je vous dirais qu'il n'y a aucune démarche de fait en ce sens», conclut-elle.

Au CREEM, elle a pris le relais de Sean Cannon qui avait occupé le poste de directeur général ces sept dernières années.