Sections

Pierre Cloutier complète son premier Ironman


Publié le 7 septembre 2017

Pierre Cloutier participait à son premier Ironman à Mont-Tremblant.

©Photo gracieuseté

LOUISEVILLE.  C'est avec une tonne de messages d'encouragement que Pierre Cloutier a pris le chemin de Mont-Tremblant pour réaliser son premier Ironman, le 20 août dernier. 

Cette date restera gravée à jamais dans la mémoire de l'athlète de Louiseville puisqu'il se préparait depuis longtemps à atteindre cet objectif. Véritable modèle de persévérance, de détermination et ambassadeur des saines habitudes de vie dans la région, Pierre Cloutier a finalement réussi son pari de devenir Ironman en complétant son parcours avec un temps de 11:57.33.

Ce n'est pas la grandeur du défi qui est important et qui compte, c'est simplement d'en avoir

Pierre Cloutier

«Avec tous les efforts que j'ai mis depuis deux ans, je suis très content! J'ai fait ça dans le plaisir et avec le sourire. C'est vraiment l'aboutissement d'un grand défi et même d'un rêve. Je ne pouvais pas demander mieux pour une première fois», se réjouit-il.

«Quand j'ai passé la ligne d'arrivée, je me suis dit voilà, c'est déjà fait! La journée a passé vite même si c'était 12 heures d'efforts physiques. J'étais fier!», souligne Pierre Cloutier.

C'est d'ailleurs lors du 21e kilomètre de course à pied que l'athlète a passé par tout un amalgame d'émotions. «C'est à ce moment que j'ai réalisé tous les efforts que j'avais mis et que cette préparation a porté fruit. Je me rappelais d’où j'étais parti et les entraînements avec mon entraîneur. Je remontais un peu dans mes souvenirs. Je me disais que ça allait tellement bien. Je n'avais aucune blessure et je ne souffrais pas», se souvient-il.

Support

Le Louisevillois Pierre Cloutier faisait partie d'un groupe de neuf athlètes qui ont embarqué dans le MouvC, un programme mauricien qui vise à former des athlètes pour ce défi colossal, sous la supervision de son fondateur Steeve Carpentier. «On a été très bien supporté, conseillé et entraîné par notre coach. Tout était orienté, dans la dernière année vers cet objectif de franchir le fil d'arrivée», affirme M. Cloutier.

Ce dernier signale qu'à son retour de Mont-Tremblant, sa page Facebook a été inondée de messages le félicitant pour son exploit. «J'ai été très touché et surpris par les messages. S'il y a quelque chose que je veux que les gens retiennent, c'est que ce n'est pas la grandeur du défi qui est important et qui compte, c'est simplement d'en avoir. Il y a deux ans, je ne savais pas nager et je m'étais dit que je serais capable. Ce défi-là est aussi grandiose pour moi que d'avoir franchi la ligne d'arrivée. Si je peux inspirer des gens avec ce que je viens d'accomplir, c'est tant mieux!»

Pierre Cloutier se donne un peu de temps pour se reposer, mais déjà il n'écarte pas la possibilité de participer à un deuxième Ironman. «J'ai vraiment aimé mon expérience et j'aimerais bien en faire un autre. Je vais peut-être me laisser un an et y retourner en 2019. Je suis en réflexion présentement, mais je veux en refaire un autre c'est certain».

Sarah Casauban, de Saint-Édouard-de-Maskinongé, a terminé au premier rang chez les femmes.
Photo gracieuseté

Performance étincelante  

Dans la catégorie 30-34 ans, Sarah Casaubon, originaire de Saint-Édouard-de-Maskinongé a réussi à obtenir un chrono de 9 heures 56 minutes et 38 secondes lors de ce  Ironman à Mont-Tremblant. Cette performance lui a valu la première position chez les femmes toutes catégories confondues en excluant les athlètes évoluant chez les professionnelles.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon