Des ados perdent gros dans une fraude à la carte de guichet


Publié le 17 mai 2017

Des jeunes croyant faire de l'argent facilement avec leur carte de guichet se retrouvent dans le pétrin.

©Depositphotos

«Veux-tu faire de l’argent rapidement ?» s’est fait demander un adolescent de Châteauguay ce printemps. Il a accepté l’offre. Au final, il s’est appauvri de 800 $ et il s’est retrouvé dans le pétrin. Son cas n’est pas unique.

C’est un camarade à l’école qui a approché le garçon pour lui faire la proposition. «L’ami lui a dit : on va vider ton compte et tu te feras rembourser. Et on va te redonner une partie des fonds. Mon fils a accepté. Il lui a donné sa carte de guichet et son NIP. Il a ensuite déclaré sa carte volée à son institution financière», raconte la mère du garçon, qui préfère ne pas rendre son nom public. L’institution financière en question a refusé de rembourser les 800 $ retirés frauduleusement du compte de l’adolescent. Celui qui avait initié la fraude ne lui a pas donné un cent.

C'est dur de dire à tes parents que tu as essayé de frauder

une maman

Aveux difficiles

L’adolescent ne s’est pas vanté de sa mésaventure. Comment sa mère l'a-t-elle su ? «Son comportement a changé. Il faisait des colères, il était stressé. Un moment donné, on a eu un message sur le répondeur concernant une fraude. On a investigué et il a fini par avouer la situation», explique-t-elle.

Selon elle, le stratagème a fait plusieurs victimes. Des camarades de son fils tombés dans le panneau n’ont rien dit à leurs parents, fait-elle part.. «C'est dur de dire à tes parents que tu as essayé de frauder», souligne-t-elle.

La police enquête

La police de Châteauguay a confirmé, mercredi, au journal Le Soleil de Châteauguay avoir reçu plusieurs plaintes concernant des cas de fraude semblables. «Ces dossiers sont assignés à des enquêteurs et ils vont tenter de mettre un terme à ce stratagème et ultimement procéder à l’arrestation des instigateurs», informe l'agente Nathalie Langevin, de la police de Châteauguay.

La police encourage les parents à «sensibiliser leur adolescent aux conséquences qu’il pourrait y avoir de céder aux pressions de personnes mal intentionnées, en leur remettant leur carte de débit et leur NIP».

Toute information dans cette affaire peut être transmise au Sergent détective Simon Laliberté au (450) 698-3880 ou la ligne infoconfidentielle (450) 698-3229.