Deux histoires, même combat

Mathias Strach et Médrick Lanoie, les deux porte-paroles de Leucan 2017


Publié le 11 avril 2017

Médrick Lanoie, porte-parole pour la région du Centre-du-Québec, en compagnie de sa mère, Mylène Corriveau.

©Photo TC Media - Stéphanie Paradis

Mathias Strach, 9 ans, et Médrick Lanoie, 4 ans, sont les deux porte-paroles de Leucan Mauricie-et-Centre-du-Québec pour l’édition 2017. Ils sont tous les deux atteints d’histiocytose, une forme de cancer.

Le jeune Médrick est également atteint de diabète insipide partiel. C’est en juin 2015, quand le jeune garçon buvait entre sept et neuf litres d’eau par jour, que sa mère Mylène Corriveau s’est inquiétée de son état. Il a finalement été diagnostiqué de cette maladie.

C’est une rémission à vie. Il va toujours y avoir un petit nuage qu’on va devoir tasser par nous-mêmes.

Mylène Corriveau

«On a toujours continué à faire des tests parce que les médecins craignaient que ce soit l’histiocytose et tout compte fait, le 16 septembre 2015, on a appris qu’il avait ce cancer. De 2015 à 2016, pendant un an, on a fait de la chimiothérapie et il a été en rémission par après. C’est en décembre 2016, lorsqu’on a fait une imagerie par résonance magnétique (IRM) qu’on a su que le cancer était revenu. On est donc reparti pour un 18 mois de traitement», partage la maman.

L’enfant de 4 ans doit également prendre trois pilules par jours en raison de son diabète.

«Quand on voit du monde de Leucan nous aider, nous soutenir, on sent un accompagnement très intéressant et on se rend davantage compte qu’on le vit [le cancer] nous aussi avec notre enfant», confie Mme Corriveau.

Mathias Strach, porte-parole pour la région de la Mauricie, en compagnie de son père, Christian Germain.
Photo TC Media - Stéphanie Paradis

Cheminement similaire pour le jeune Mathias. Il a été diagnostiqué à l’âge de 3 ans du même cancer. Depuis le premier diagnostic, il a eu des périodes de répit variant de 3 à 11 mois. «Il a eu sa quatrième rechute en 2013 et il a fini son traitement cette année. Pour l’instant ça va bien. Il est en rémission depuis 6 mois», explique le père de Mathias, Christian Germain.

Les chances de rechute pour cette maladie sont plus élevées que pour les autres sortes de cancer.

«Leucan est arrivé dans notre vie dès le début des traitements. Il est venu nous orienter vers des services auxquels nous avions droit. On était très perturbés de toutes les manières possibles, mais on a eu ces ressources qui nous ont beaucoup aidés. On a eu droit à de l’aide financière pour les médicaments et pour se procurer une chaise roulante»,  souligne M. Germain.

Mathis, lui, quand il pense à Leucan, il pense aux bons moments qu’il a passés durant le camp Vol d’été et à toutes les activités où il s’est amusé.