Maskinongé: 76 élèves sont relocalisés

École Marie-Immaculée


Publié le 16 février 2017

©Photo TC Media - Pier-Olivier Gagnon

MASKINONGÉ. Les 76 élèves et les membres du personnel de l'école Marie-Immaculée de Maskinongé poursuivront finalement l'année scolaire dans de nouveaux locaux, et ce, à compter de ce jeudi (23 février).

En effet, l'apparition de nouvelles fissures dans la structure de l'école a forcé la Commission scolaire du Chemin-du-Roy à proposer des scénarios de relocalisation aux parents des élèves dans le but de prévenir tout incident en lien avec une possible dégradation du bâtiment qui pourrait survenir d'ici la fin de l'année scolaire.

«La situation n'est pas alarmante et le bâtiment est toujours jugé sécuritaire. C'est vraiment pour sécuriser nos élèves et les parents que la commission scolaire a fait le choix de relocaliser les élèves», soulignait la directrice de l'école, Martine Paquin, en introduction lors de la rencontre des parents tenue en soirée le 16 février dernier.

Cette dernière a précisé qu'elle tenait à ce que les parents se prononcent sur les scénarios envisagés avant d'aller de l'avant avec la relocalisation des quatre groupes de cette école.

«La priorité, ce sont les services offerts aux élèves. On ne veut pas déstabiliser nos élèves. Le milieu dans lequel ils sont est important», indiquait Mme Paquin.

Or, les parents ont décidé, avec l'ouverture de la municipalité, de relocaliser les élèves et les membres du personnel au Centre communautaire et au Centre des loisirs Desjardins de Maskinongé jusqu'à la fin de l'année scolaire. Cette décision a été prise à main levée par les parents. Quant au service de garde, celui-ci sera transféré à l'école Saint-Joseph située de l'autre côté de la rivière.

À la fin du mois de juin, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy s'engage à présenter les résultats des tests effectués sur une période de quatre mois par les ingénieurs, la nature des travaux qui devront être faits et l'état de la situation aux parents pour la prochaine année scolaire. «Le bâtiment sera sous la loupe pendant quatre mois. On va avoir les résultats avec le gel et le dégel. Les travaux pourraient coûter jusqu'à un million de dollars. Le ministère de l'Éducation est d'ailleurs avisé de la situation», précise Hélène Corneau, directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Lors de cette assemblée, de nombreux parents ont salué la rapidité d'intervention de la direction de l'école et de la commission scolaire.

Chronologie des évènements

-Avril 2015: une première fissure apparaît sur l'extérieur du bâtiment. La brique est également décalée. Aucun danger.

-Mai 2015: Une communication des ingénieurs indique que l'érosion de la rivière peut mener au recul de la berge.

-Juin 2015: Des tests de forage sont effectués.

-Juillet 2015: Les ingénieurs indiquent que la cour extérieure des élèves est à risque de rupture. Les modules extérieurs sont déplacés.

-Février 2017: De nouvelles fissures sont observées. Un ingénieur recommande de faire des relevés au cours des quatre prochains mois. L'instabilité du sol pourrait être en cause.

-15 février 2017: La direction de l'école et la direction de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy convoquent les parents des élèves à une assemblée pour présenter l'état de la situation.

-16 février 2017: Les parents décident de relocaliser les élèves de cette école au Centre des loisirs Desjardins et au Centre communautaire de Maskinongé. 

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon 

Martine Paquin, directrice de l'école Marie-Immaculée.

©Photo TC Media - Pier-Olivier Gagnon