Attentat à Québec: la Mauricie compatit


Publié le 30 janvier 2017

Le président du Centre culturel musulman de Shawinigan, Philippe Bégin Garti.

©Photo TC Media-Samuel Duranceau-Cloutier

Les réactions en Mauricie ont été nombreuses suite à l'attentat survenu dimanche soir dans une mosquée de Québec, où six personnes ont perdu la vie, et plusieurs ont été blessées.

Autant à Trois-Rivières qu'à Shawinigan, la Sécurité publique de Trois-Rivières et la Sûreté du Québec ont accentué leur surveillance près des lieux de culte musulmans.

À Trois-Rivières et Shawinigan, les administrations municipales ontmis les drapeaux de la ville en berne pour témoigner de sa solidarité face à la communauté musulmane.

«Étant donné les événements survenus à Québec, il y a une surveillance plus accrue de la mosquée à Trois-Rivières depuis cette nuit», indique Carole Arbelot, porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières. Jusqu’à nouvel ordre, des agents se relaieront devant cet édifice du boulevard des Forges pour assurer la sécurité du lieu en permanence.

Au Parc Champlain à Trois-Rivières ce soir, de 19h à 21h, une vigile se tiendra pour venir en appui à la communauté musulmane régionale. L'UQTR se mobilise également alors qu'un rassemblement est prévu de 17h à 19h.

À Shawinigan, le maire Michel Angers ira rencontrer ce soir les membres du Centre culturel musulman, sur l'avenue Saint-Marc, pour exprimer son soutien.

Ce qu'ils ont dit

:«Je souhaite mes plus sincères condoléances aux familles touchées. C'est difficile de tirer des conclusions présentement, alors il faudra voir les motivations des individus. C'est horrible ce qui s'est passé, et ça le serait tout autant si ça s'était produit dans une école, une église ou une place publique. Je me sens tout autant en sécurité ce matin que je pouvais l'être hier.»

Philippe Bégin Garti, président du Centre culturel musulman de Shawinigan

«Nous sommes tous tristes face à cet acte inexplicable, nos pensées vont aux familles des victimes de cet événement horrible.»

- Jean-Denis Girard, député provincial à Trois-Rivières

«Après avoir dénoncé l'innommable, marqué la désapprobation et qualifié d'odieux des événements de Québec, allons-nous nous rappeler un jour la force des mots? Le pouvoir des mots qui divisent présentement est le même qui peut unir! Choisissons la paix, le dialogue et la compréhension mutuelle.»

- Robert Aubin, député fédéral à Trois-Rivières

«Devant l'horreur des événements tragiques survenus dimanche soir à la grande mosquée de Québec, je désire exprimer ma solidarité à toute la communauté musulmane de Trois-Rivières et, plus particulièrement, à tous nos frères et sœurs qui poursuivent des études et travaillent à l'UQTR. Il nous faut certes déplorer ces attentats, mais surtout il ne faut pas succomber à la peur et aux dangers des amalgames. Plus que jamais, il nous faut resserrer nos liens pour nous comprendre et nous apprécier mutuellement.»

- Daniel McMahon, recteur de l'UQTR

«Je désire exprimer toute ma compassion et je m’associe totalement à la douleur des proches et des familles des victimes, ainsi qu’à l’Église catholique de Québec, qui voit l’horreur frappée des frères et des sœurs de la communauté musulmane. J’invite les diocésains et diocésaines à prier spécialement pour les victimes, les  personnes blessées, leur famille, leurs proches, mais aussi, pour les personnes qui ont commis ces actes, et à participer en grand nombre aux différentes célébrations et vigiles qui se tiendront un peu partout. »

- Luc Bouchard, évêque du diocèse de Trois-Rivières

«Consternée par les tristes événements survenus à la mosquée de Québec, la grande communauté chrétienne de la paroisse Sainte-Marguerite-d'Youville de Shawinigan tient à exprimer ses plus vives sympathies aux familles des victimes ainsi qu'à nos frères et soeurs musulmans. Nous demeurons unis et solidaires dans la prière pour qu'advienne un monde d'Amour où chacun puisse vivre en Paix et dans l'harmonie.»

- Denis Jean, coordonnateur de la paroisse Sainte-Marguerite-d'Youville de Shawinigan

«C’est dans ces moments qu’il faut démontrer notre fraternité avec tous nos citoyens. Shawinigan a été la première ville à instaurer en 2013 une politique favorisant l’accueil, l’intégration et la rétention des personnes immigrantes. L’ouverture à la différence ainsi que la nécessité de reconnaître tous les Shawiniganais comme citoyens à part entière font partie des principes directeurs qui guident notre vision. Même si les mots nous manquent pour exprimer à quel point nous sommes émus au lendemain de ces tragiques événements, nous avons le devoir de tendre la main afin de bâtir une communauté ouverte et pacifique.»

- Michel Angers, maire de Shawinigan

«Face à des gestes insensés, on a besoin de se rassembler entre citoyens et citoyennes pour dire qu'on se sent tous interpelés. Le Canada est un pays d'ouverture. Ces gens-là sont venus chez nous parce qu'ils croyaient en nos valeurs d'ouverture et de démocratie. Quand on s'attaque à une communauté, on se sent tous interpelés. Ce soir, le message qu'on lance, c'est un message d'amour. La division, c'est facile. Il y en  a qui prône la division à travers le monde. Essayons de se démarquer en prônant l'amour, en se rassemblant.

François-Philippe Champagne, député fédéral de Saint-Maurice Champlain et ministre du Commerce international

«J'ai encore envie de continuer de rêver. J'ai encore envie de continuer d'être l'utopique que j'ai toujours été, c'est-à-dire de rêver à une société plus juste, de rêver à une société plus ouverte, de rêver à un monde où règne l'amour qui n'est plus entaché ni par la violence, ni par la barbarie, ni par le rejet.»

-  Djemila Benhabib

«Ce que j'ai vécu dans les premières minutes était terrible. Mais après ça, quelle joie de voir tous ces Québécois et représentants du gouvernement avec nous aujourd'hui. La solidarité dont nous faisons preuve à Trois-Rivières est exemplaire. Quand j'étais tout jeune, je rêvais de venir au Québec. J'y suis depuis 32 ans. Je n'ai jamais douté de l'accueil de la communauté du Québec et de Canada. Nous refusons effectivement la haine. Celui qui me dira qu'il a choisi son lieu de naissance, sa couleur de peau, son intelligence, son infirmité, je lui dirai qu'il a le droit d'être raciste.»

Malik Hamadouche, porte-parole du Centre culturel islamique de la Mauricie à Trois-Rivières

«On peut avoir des divergences d'opinions, mais il faut en discuter et faire des débats, pas enlever des vies. C'est désastreux ce qui s'est produit. Ce matin, comme vous, j’ai connu un réveil brutal en apprenant les évènements entourant la tragédie islamophobe qui s’est produite à Québec. Qui aurait pu croire que ce genre de crimes terroristes pouvait se passer chez nous? Nous avons connu les tueries de la Polytechnique, du Collège Dawson, de l’Université Concordia et aujourd’hui, nous vivons encore un autre moment de grande tristesse collective. En mon nom, celui des membres du conseil municipal et de tous mes concitoyens, je désire communiquer l’expression de notre vive sympathie à tous ceux et celles qui, de près ou de loin, comme nous, sont touchés par ces évènements. Au nom de tous, je formule le souhait que toute forme de phobie disparaisse d’un monde qui se veut et se dit humanitaire.»

-   Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières