Restructuration au centre fiscal de Shawinigan

Une nouvelle qui vient assurer la pérennité des installations estime François-Philippe Champagne

Bernard Lepage bernard.lepage@tc.tc
Publié le 17 novembre 2016

Le centre fiscal de Shawinigan deviendra bientôt un centre national de vérification et de recouvrement, c’est-à-dire que plus aucune déclaration d'impôt n'y sera traitée.

Shawinigan prend le virage numérique. - François-Philippe Champagne, député fédéral de Saint-Maurice/Champlain

Dans le cadre d'une restructuration nationale touchant les neuf centres de traitement de l'Agence de revenu du Canada (ARC) au pays, la ministre Diane Lebouthillier a annoncé jeudi que trois d'entre eux, dont celui de Shawinigan, deviendraient des centres national de vérification et de recouvrement (CNVR).

«La transition se fera sur une période de deux ans», souligne Julie Pronovost, porte-parole régionale de l'ARC, qui ne pouvait dire à quel moment débutera la mise en œuvre de cette restructuration.  Des trois CNVR au pays,  celui de Shawinigan deviendra le plus important en terme d’employés.

«Il s'agit d'une très bonne nouvelle», a déclaré pour sa part le député fédéral de Saint-Maurice/Champlain. En entrevue avec TC Media, François-Philippe Champagne souligne que cela vient assurer la pérennité du centre fiscal comme il l'avait promis en campagne électorale. «Shawinigan prend le virage numérique. En se concentrant sur la vérification et le recouvrement, des tâches qui ne disparaîtront jamais, on vient de freiner un déclin qu'on observait depuis des années alors que les contribuables complètent leur déclaration de plus en plus en ligne.»

Dans son communiqué, l'ARC souligne en effet que cette restructuration était devenue nécessaire à cause des nouvelles habitudes des contribuables. «En 2016, environ 16 % des Canadiens ont produit leurs déclaration sur papier, ce qui correspondait à une diminution d’environ 66 % par rapport à il y a un peu plus de 10 ans. L’Agence doit s’adapter à cette réalité pour continuer à offrir des services de calibre mondial qui sont facilement accessibles à tous les Canadiens.», peut-on lire dans le communiqué émis par l'agence.

Selon François-Philippe Champagne, cette nouvelle vocation entraînera la création de 70 nouveaux postes et des emplois mieux rémunérés. «On passera de 790 postes équivalent temps plein à 860 pour le centre de Shawinigan et des salaires qui pourront aller jusqu'à 10 000$ de plus. L'aspect cyclique sera moins présent car la vérification et le recouvrement se déroulent douze mois par année», explique-t-il.

Actuellement, le centre fiscal de Shawinigan procure de l'emploi à plus de 600 personnes à temps plein mais ce sont plus de 1300 salariés qui y travaillent en période de pointe.

Le secrétaire parlementaire du ministre des Finances ne cache pas que cette annonce aura malgré tout un impact pour certains employés affectés au traitement des déclarations d'impôts. Ceux-ci pourront soient appliqués sur les postes qui seront affichés suite à la nouvelle vocation ou postuler dans d'autres centres. Celui de Jonquière par exemple continuera de se spécialiser dans le traitement des déclarations.

Rappelons que le centre fiscal de Shawinigan a été inauguré le 8 avril 1979 par Jean Chrétien qui occupait alors le poste de ministre des Finances dans le gouvernement de Pierre Elliot Trudeau. L'ex-premier ministre du Canada avait d'ailleurs fait une sortie remarquée lors de la campagne électorale fédérale en tenant à l'automne 2015 une conférence de presse en compagnie de François-Philippe Champagne devant le centre fiscal.

Détails de la restructuration

-   Quatre centres (Winnipeg, Sudbury, Jonquière, Summerside) se spécialiseront désormais dans le traitement et prendront de l’expansion;

-  Trois centres (Shawinigan, Surrey, St. John's) seront transformés en CNVR et prendront de l’expansion grâce au financement prévu dans le budget de 2016 et aux fonds réalloués à partir d'autres sites;

-  Une partie des activités des deux sites spécialisés de traitement et de recouvrement (le Centre de technologie d’Ottawa et le Bureau des services fiscaux international et d’Ottawa) à Ottawa sera aussi regroupée dans d’autres emplacements partout au pays.