Main-d'œuvre: un enjeu pour la région

Pier-Olivier Gagnon pier-olivier.gagnon@tc.tc
Publié le 20 octobre 2016

Plusieurs entreprises agricoles de la région ont indiqué à TC Media être en recherche de main d'œuvre et qu'il est difficile d'en recruter.

©Photo TC Media – Vincent Cotnoir

EMPLOI. Les entreprises manufacturières affichent de nombreux postes et demandent de la main-d'œuvre. D'autres entreprises qui œuvrent dans l'agriculture, l'agroalimentaire ou le secteur touristique cherchent aussi activement des employés et éprouvent parfois certaines difficultés à recruter.

Le tourisme, l'alimentation, l'agriculture et les entreprises manufacturières affichent souvent des postes. Patricia Ladouceur, CJE de la MRC de Maskinongé

La région fait-elle face à une pénurie de main-d'œuvre? La directrice générale par intérim du Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de la MRC de Maskinongé préfère parler de rareté de main-d'œuvre. «Il n'y a pas vraiment aucune statistique disponible présentement à ce sujet pour le territoire de la MRC de Maskinongé. Par contre, effectivement, dans certains secteurs d'activité, il peut y avoir une rareté de main-d'œuvre. Plusieurs entreprises éprouvent des difficultés à recruter de la main-d'œuvre et pour plusieurs raisons. Parfois, il n'y a pas aucune concordance entre les chercheurs d'emploi et les recruteurs. Nos chercheurs d'emploi vont être à la recherche d'un poste en particulier ou de certaines conditions et ça ne concorde souvent pas avec l'offre disponible sur le territoire», souligne Patricia Ladouceur.

Le Carrefour jeunesse-emploi de la MRC de Maskinongé, qui s'adresse aux personnes de 16 à 35 ans de la région, estime que les entreprises qui cherchent régulièrement de la main-d'œuvre proviennent souvent des mêmes secteurs d'activité. «Le tourisme, l'alimentation, l'agriculture et les entreprises manufacturières affichent souvent des postes. Les besoins sont importants et les postes sont difficiles à combler. Parfois, ils ne demandent pas nécessairement une spécialisation. Certains métiers sont sous-estimés et nous avons un beau défi de faire valoir nos entreprises», ajoute Mme Ladouceur.

La MRC de Maskinongé a reçu de bonnes nouvelles économiques au cours des derniers mois. On note parmi celles-ci Marquis imprimeur qui investit dans ses installations de Louiseville et qui a besoin de main-d'œuvre ou Olymel et son projet de 350 emplois chez ATrahan Transformation à Yamachiche. C'est sans compter les nombreuses entreprises industrielles et commerciales qui se développent et prennent de l'expansion tout comme certaines PME qui connaissent un essor important. «Dans le domaine industriel et manufacturier, il y a une bonne progression. Il y a des postes à pourvoir et on sent que le marché se porte très bien. Il y a des emplois disponibles et il y a de belles possibilités», confie la directrice générale par intérim du CJE de la MRC de Maskinongé.

À ce sujet, le Carrefour jeunesse-emploi ne chôme pas. Les gens sont nombreux à bénéficier des services de l'organisme. «Notre réalité est différente, nous avons des clientèles prioritaires, mais effectivement les personnes sont nombreuses à venir nous voir. On veut demeurer attractif pour les gens en développant de nouveaux projets», soutient Patricia Ladouceur en prenant par exemple le projet Objectif Carrière qui offre un soutien financier aux employeurs qui désirent embaucher de jeunes professionnels en recherche d'emploi dans la MRC de Maskinongé et qui possèdent un diplôme d'études postsecondaires. Le CJE met aussi en place plusieurs autres projets pour aider les jeunes adultes à trouver un emploi et aux entreprises à recruter de nouveaux employés.