Les suppléments de protéines

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Audrey Michaud…pour un monde en santé

La prise de suppléments pour gagner de la masse musculaire est de plus en plus répandue dans les salles d’entraînement et dans le domaine sportif. Dans le but d’améliorer leur apparence physique ou leurs performances, plusieurs personnes se tournent vers l’une des nombreuses variétés de poudres de protéines. Pourtant, les besoins en protéines des individus actifs ne sont pas beaucoup plus élevés que ceux de la population en général. Une alimentation équilibrée, riche en viandes, substituts et produits laitiers, couvre facilement les besoins.

Audrey Michaud prône un mode de vie actif.

Dans le cas d’une personne qui fait beaucoup de musculation, les experts recommandent un apport en protéines de 1.6 à 1.7g/kg/jour, ce qui représente entre 120 et 127g pour une personne d’un poids de 75kg. Tout ce qui est en supplément ne servira donc pas à développer plus de muscles. Les protéines consommées en trop seront éliminées dans l'urine ou transformées en graisses si l’apport total en énergie (calories) au cours de la journée est excessif.

Trop souvent, les vendeurs font miroiter des résultats exceptionnels aux clients qui ignorent tous les aspects négatifs associés à la consommation de ces produits. Le plus grand risque concerne assurément la contamination, car ces suppléments ne sont pas tous contrôlés. De nombreuses études ont démontré que des substances pouvaient se trouver à l’intérieur des produits sans être identifiées sur l’étiquette. L’inverse est également vrai : un ingrédient affiché sur l’étiquette peut ne pas se retrouver dans le contenant ou s’y trouver dans une concentration complètement différente. Cette contamination peut aller de simples impuretés à des quantités importantes d'hormones de croissance et de stéroïdes anabolisants. Dans ce dernier cas, les consommateurs peuvent voir apparaître de nombreux effets secondaires. Et pour les athlètes de haut niveau qui sont sujets à des contrôles anti-dopage, les conséquences peuvent être désastreuses.

Il faut également tenir compte du fait que plusieurs suppléments sont très dispendieux comparativement aux bénéfices qu’ils apportent. De plus, les indications inscrites sur les contenants recommandent souvent de consommer une quantité excessive du produit par rapport aux besoins, ce qui multiplie les dépenses. Il faut aussi savoir que les suppléments

ne contiennent pas tous les composés (vitamines et minéraux) présents dans les aliments qui exercent des actions bénéfiques sur l’organisme. Ils ont également bien moins bon goût…

De meilleures alternatives

Il est vrai qu’il est essentiel de penser à refaire le plein d’énergie après un entraînement, mais les poudres de protéines ne sont pas le meilleur choix. Une collation prise dans les 30 minutes suivant la fin de l’activité permettra de bien récupérer. On recherche une collation contenant des glucides, qui sont utilisés pour refaire les réserves d’énergie, et une petite quantité de protéines pour réparer les fibres musculaires endommagées par l’exercice. Voici quelques suggestions de collations appropriées : lait aromatisé uht (que l’on peut conserver à la température de la pièce), poudre de lait écrémé mélangée à un jus de fruit pur, lait au chocolat, barre tendre et yogourt à boire, noix et fruits séchés, etc.

 

 

 

merci à photolibre.fr

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires