«David était à mes côtés…» – Lise Champagne

Sandra
Sandra Lacroix
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Elle amasse plus de 4500$ en marchant à la mémoire de son fils

Du 7 au 14 juillet dernier, Lise Champagne a traversé à la marche les rues de cinq villages de la MRC de Maskinongé pour commémorer les 5 ans du suicide de son fils et amasser des dons pour le Centre prévention suicide les Deux-Rives.

Lise Champagne a été accueillie en grand à la toute fin de sa marche contre le suicide, à la mémoire de son fils David

À LIRE AUSSI: Traverser cinq villages en mémoire de son fils

Une démarche significative

«Avant tout, mon but était de marcher à la mémoire de mon fils David», rappelle cette mère de famille. Bien plus qu’ouvrir une porte, elle souhaitait ouvrir le cœur des gens et partager avec eux un peu de leur souffrance, de leur vécu.

Rappelons que le 2 juillet 2007, David Milette s’enlevait la vie à Saint-Élie-de-Caxton. Le monde de Lise Champagne s’est alors écroulé. L’aîné de ses trois garçons venait de commettre l’irréparable. «Il n’y a pas de mot pour décrire ce qu’on ressent quand on perd un enfant. C’est une détresse insupportable», avait-elle confié avant d’entreprendre sa marche.

C’est pour cette raison qu’elle a décidé d’entreprendre cette démarche et de marcher pendant une semaine. De Saint-Élie à Saint-Étienne, en passant par Charette, Saint-Barnabé et Saint-Boniface, Lise Champagne a cogné aux portes, raconté son histoire, sensibilisé la population au suicide, recueilli les confidences des gens sur le sujet.

L’ouverture et la générosité des gens lui ont permis de réunir un total de 4592$, qu’elle a ensuite versé au Centre prévention suicide les Deux-Rives.

«Plus j’avançais, plus les portes s’ouvraient et plus de je prenais conscience que mois aussi j’avançais pas à pas, j’étais de plus en plus sereine. Je ne suis pas une intervenante mais tout simplement une maman qui a perdu son petit par suicide. J’ai le cœur plein d’espoir que ma démarche ait apporté un peu de soleil et de douceur dans le cœur et l’âme de tous ceux qui souffrent. Je n’avais aucune attente ni du côté des dons, ni du côté témoignages, mais aujourd’hui je peux dire Mission accomplie. Tout s’est déroulé au-delà de mes espérances!»

Vous êtes très courageuse madame!. Cette phrase, elle l’a entendue et appréciée à plusieurs reprises pendant son voyage. Mais pour elle, le courage revient également à tous ceux qui ont ouvert leur porte et leur cœur. Au-delà des dons généreux, des confidences de personnes endeuillées par suicide et de celles qui y ont personnellement songé, cette marche aura sans aucun doute permis de faire un pas de plus vers la prévention du suicide.

«Tout cela nous confirme que le suicide est encore un sujet tabou. En parler, c’est se libérer, mais c’est aussi sauver des vies», conclut Lise Champagne.

Lieux géographiques: Saint-Étienne, Charette, Saint-Barnabé

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires