Saines et sauves

Andrée-Anne
Andrée-Anne Trudel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Alors que les enfants de Saint-Mathieu-du-Parc reprenaient leurs esprits à la suite d’une fête d’Halloween plutôt mouvementée signée Bicolline, les plus vieux ont eu la peur de leur vie. Du moins, ils ont eu toute une frousse.

J’étais parmi ceux-là, samedi dernier, le 1er novembre. Saint-Mathieu avait fêté l’Halloween en grand la veille en mettant un terme à l’épidémie de Matus. L’équipe de Bicolline voulait cependant épater les plus grands cette année.

Je considère ma visite sur le site de jeux de rôle comme un défi, puisque sur plus de deux kilomètres, en pleine noirceur, j’ai dû courir, grimper, contourner et éviter des zombies.

Olivier Renard et son équipe avaient imaginé un scénario hors du commun et tout était réglé au quart de tour.

Des petits groupes d’une dizaine de personnes quittaient l’auberge de Bicolline pour se rendre en «zone sécurisée», puisqu’une épidémie a déferlé sur toute la planète. Plusieurs personnes sont déjà atteintes.

Vers 19h, c’est à mon tour de quitter l’auberge. J’étais accompagnée de ma fidèle acolyte, Lena. Deux peureuses.

Nous nous sommes jointes à un petit groupe d’adultes, tous des amis. Tous (à l’exception des hommes) semblaient effrayés, avant même le début du «jeu».

Un ticket, qui représente notre vie, est solidement attaché à notre bras gauche. Les zombies doivent nous l’enlever et nous devons tout tenter pour les en empêcher.

On quitte l’auberge par un petit chemin de terre. Seules quelques lampes de poche nous éclairent. On regarde tout droit, à gauche, à droite, on regarde où l’on marche, on chuchote.

Le premier zombie apparaît alors que nous passons près d’une voiture en panne, au beau milieu de la forêt. Nous sommes escortés par un agent du HEB, les seules personnes armées capables d’éliminer les zombies.

Deux kilomètres, ça peut sembler court. Mais nous avons pris une quarantaine de minutes pour les parcourir. À travers les bois, les voitures en panne, les maisons qui servent aux jeux de rôle, nous devions sauver notre peau.

Quelqu’un apercevait un zombie, tout le monde criait, courait dans tous les sens, dans la noirceur, pour éviter qu’il nous arrache notre vie, attachée après notre bras gauche.

Une fois une impasse terminée, on reprenait notre souffle. On se demandait quelle serait la prochaine étape.

Aller chercher un antidote et une arme près d’un cadavre du HEB fut entre autres l’une de nos épreuves. La difficulté est qu’un zombie attaché par la cheville veille sur le «défunt». On doit trouver une stratégie… Déstabiliser le zombie… Attirer son attention ailleurs.

Le scénario est tellement bien monté, que même nous, les adultes, on oublie qu’il s’agit d’un jeu et que derrière les zombies se cachent peut-être mon voisin ou encore un ami.

On perd de vue la réalité, trop déterminé à atteindre la zone sécurisée le plus vite possible.

Lise, une de nos coéquipières, a eu particulièrement peur quand un zombie l’a cloué au sol après être sorti incognito des branches d’arbres en bordure du petit chemin de terre.

Je ne pensais pas avoir autant peur dans un jeu. Après cette quarantaine de minutes de course et d’adrénaline, nous atteignons la zone sécurisée.

Tous les membres de mon équipe ont réussi à garder précieusement leur vie. Tous furent unanimes: le scénario, les personnages et le lieu ont fait en sorte que même les adultes les moins trouillards auraient eu peur… peur de devenir zombie! Même les hommes, les courageux du groupe, l’ont admis. À chaque quelques minutes à peine, un agent du HEB venait nous rencontrer et nous indiquer le chemin pour nous rendre à la prochaine étape. Impossible alors de se perdre dans la forêt entourant le site de Bicolline. Les dizaines de zombies jouaient à merveille leur rôle: ils faisaient peur.

Une fois dans ma voiture, en direction de Shawinigan, je craignais même en voir ressortir des fossés. Continuez à envoyer vos idées de défis à l’adresse redaction_shawinigan@transcontinental.ca

Lieux géographiques: Saint-Mathieu, Shawinigan

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires