Jean Charest et l'économie verte

Steven
Steven Guilbeault
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Jean Charest et l'économie verte

Au sortir de la Rencontre économique 2010 tenue à Lévis la semaine dernière, le premier ministre Jean Charest a renouvelé sa profession de foi en faveur d’une «économie verte».

Le prochain budget nous dira clairement jusqu’à quel point il sait joindre l’acte à la parole.

Les propositions ne manquent pas pour concrétiser cette déclaration d’intentions. Régis Labeaume, maire de Québec, ainsi que son collègue et maire de Montréal, Gérald Tremblay, ont tous les deux avancé des projets de transports collectifs électriques.

M. Tremblay a parlé d’un investissement nécessaire de plusieurs milliards de dollars dans le transport collectif pour réduire la congestion urbaine.

M. Charest a évoqué le déploiement de taxis électriques dans les grands centres au Québec. Ces taxis qui pourraient devenir l’image de marque du Québec, comme le sont les taxis jaunes à New York.

Le maire de Québec a affirmé à nouveau sa volonté de faire de la ville de Québec une vitrine pour les édifices construits en bois. On sait que le bois est beaucoup plus vert que le béton ou encore l’acier: les arbres, au cours de leur croissance absorbent du CO2, le principal GES. La fabrication du ciment, au contraire, émet beaucoup de GES.

On le voit, la stratégie de M. Charest semble reposer sur la «nouvelle économie», celle qui consiste à protéger, même restaurer l’environnement en même temps que l’on favorise le développement économique.

Voilà qui est tout à son honneur.

Pour terminer, je voudrais donner une idée de ce qui se fait ailleurs dans le monde pour favoriser l’émergence de cette économie verte. En 2009, La Corée du Sud a consacré un énorme 79% de son plan de relance à l’économie verte; l’Union Européenne : 64%; la Chine : 34% !

Ces chiffres nous donnent une idée de ce qu’il se fait de mieux dans le «club des grands». Au dernier budget du Québec, en 2009, on a eu surtout droit à des projets d’infrastructures, de routes et d’autoroutes, ce qui est assez loin du vert …

Il est clair qu’un virage s’impose!

Rendez-vous donc au prochain budget du Québec.

Steven Guilbeault

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires