«Ne m’oubliez pas!»

Pierre-Louis
Pierre-Louis Paquin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les statistiques sont renversantes, selon la Société québécoise pour la défense des animaux, les Québécois gardent en moyenne leur animal de compagnie seulement deux ans. On estime que 45% des ménages de la province vivent avec un animal.

Élyse Massicotte a eu une mauvaise surprise lorsqu’elle a emménagé dans son appartement le 16 juin dernier.

«J’ai eu la surprise de ma vie quand j’ai ouvert la porte de mon nouvel appartement et que j’ai aperçu un chat. Il ne semblait pas avoir été maltraité, mais il n’avait visiblement pas mangé depuis quelques jours. Nous l’avons nourri, puis nous sommes allés le porter à la SPA. (Société protectrice des animaux)», explique-t-elle.

La SPA de la Mauricie se prépare en fonction du premier juillet, plusieurs animaux seront délaissés ce jour-là.

«Le premier conseil qu’on peut donner pour les gens qui doivent se départir de leur animal, c’est de tenter de trouver une bonne famille de façon respectueuse pour l’animal qui les a accompagnés pendant des mois ou des années», avise Serge Marquis, directeur général de la SPA Mauricie qui a «un animal de compagnie pour la vie» comme devise.

«En dernier recours, on demande aux gens d’avoir au moins la décence de base de venir mener leur animal ici plutôt que de le laisser sans nourriture dans un loyer. Nous allons tenter de lui trouver une famille.»

Dans les faits, 65% à 70% des chiens seront adoptés ou réclamés. La situation est moins rose pour les félins. Seulement 20 à 22% des chats seront adoptés ou réclamés.

«L’autre conseil, c’est au moment d’adopter l’animal; il faut le faire stériliser. De cette façon, on évite qu’il participe à la reproduction indue», affirme M. Marquis.

«En dernier recours, on demande aux gens d’avoir au moins la décence de base de venir mener leur animal ici plutôt que de le laisser sans nourriture dans un loyer. Nous allons tenter de lui trouver une famille.» Serge Marquis

Une année sombre

La SPA espère que la situation de 2008 ne se reproduira pas. L’abandon des animaux de compagnie avait atteint un sommet cette année-là. «Nous avons constaté une modeste diminution d’année en année depuis», constate M. Marquis.

Moins pire en milieu rural?

Les gens de la MRC de Maskinongé ont tendance à garder leur animal lorsqu’ils déménagent. C’est du moins ce que croit Maurice Isabelle, tenancier d’un refuge pour animaux. «Dans mon cas, le boom le plus fort, c’est la rentrée des classes et la fermeture des chalets. En ce qui concerne le premier juillet, on ne le ressent pas tellement», constate-t-il.

Les gens qui désirent adopter un animal peuvent visiter le spamauricie.com/trouver pour prendre connaissance des animaux qui se cherchent une famille.

 

Lire aussi: Cri du coeur contre la cruauté animale

Organisations: Société protectrice des animaux

Lieux géographiques: Mauricie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • daniel boisvert
    29 juin 2012 - 22:06

    bonjours à tous il est important de souligner la maltraitance des animaux par l'être humain.Moi je demande simplement que ceux qui ont déjà fait des choses semblabes ou pires, s.v.p. nous ne pouvons pas revenir en arrières mais dans le présent et le futur arrêter d'agir de cette façon car il y a tellement d'autre moyen et d'organisme pour votre animaux et sensibiliser plutôt les gens vous aussi à ce phénomême car ils ne méritent pas ça. merci!